Facebook
La Mauritanie bat le Burundi, Birama Gaye réussit son test   
22/10/2007

Ouf, c’est fait, notre onze national, les Mourabitounes, a battu son homologue du Burundi sur la marque de deux buts à un (2-1) en match retour comptant pour les éliminatoires de la CAN 2008 prévue au Ghana. La rencontre tant attendue par le public sportif a drainé du monde venu de tous les horizons de Nouakchott. Le ministre de la jeunesse et des sports a effectué le déplacement, accompagné d’une forte délégation pour galvaniser nos Mourabitounes.



Le samedi 13 Octobre, au stade du Complexe Olympique de Nouakchott, les Mourabitounes, version Birama Gaye, ont sauvé l’honneur en battant l’équipe nationale du Burundi par le score de deux buts à un (2-1). Ainsi, la Mauritanie obtient en tout pour tout, 7 points et se classe deuxième du Groupe 2 au sprint final, derrière le champion en titre, l’Egypte, 12 points. Malgré, les suspicions de beaucoup d’observateurs quant à une possibilité de victoire de nos Mourabitounes, notre équipe nationale a joué comme elle pouvait pour sortir la tête haute et satisfaire le public sportif.
La rencontre dirigée par un trio arbitral ivoirien dont le maître du terrain était Aboubacar Salasse, a été époustouflante. Les deux adversaires se sont montrés très agressifs dès l’entame du match. On a d’ailleurs enregistré des accrochages et des échauffourées entre joueurs au tout début de la rencontre. C’était plutôt les visiteurs qui engageaient la bataille sur les duels aériens et qui se terminait par des agressions physiques. Mais l’arbitre ivoirien a veillé au grain et tout était rentré dans l’ordre. C’était là pour les Burundais, une façon de déstabiliser les Mauritaniens. Mais, c’était sans compter aussi sur la préparation technique, mentale et l’esprit de combativité que nos techniciens sous la houlette de Birama, ont inculqué à nos vaillants Mourabitounes.
D’abord, dès l’entame du match, à la 5ème minute, Ahmed Sidibé a donné une chaude alerte à la défense burundaise à la suite d’un coup de tête manqué devant les buts burundais. A la 10ème minute, l’insaisissable Dominique Dasylva, l’ex-sociétaire du Centre Académie, s’est créé une occasion d’or. Mais il a tiré directement sur le gardien de buts burundais, Vladimir alors que le public sur les gradins voyait la balle au fond des filets. Pendant 30 minutes, la Mauritanie a dominé de bout en bout le Burundi sans le moindre but. Il fallait alors attendre la 32ème minute lorsque Abdoul Aziz Camara a servi le ballon à Dominique Dasylva par une belle passe. Ce dernier, par une technique avérée, élimine deux défenseurs, puis un troisième et flanque la balle au fond des filets. C’est l’ouverture du score et la délivrance pour le public sportif. Ce score d’un but à zéro (1-0) était resté inchangé jusqu’à la fin de la première période.
A la reprise, Birama Gaye a fini de faire le dernier réglage. Le très technique Boubou Ndiaye fait son entrée à la place de Abdoul Aziz Camara, l’auteur de la passe de but, visiblement blessé. Boubou Ndiaye donne encore plus de fraîcheur à l’attaque. Il commence ses entrechats, provoque parfois les défenseurs burundais qui menacent par des tacles. Ahmed Teguedi trouve de l’espace et joue un peu en retrait. A la 47ème minute, il chipe un ballon en pleine surface de réparation, engage une course-poursuite avec les défenseurs burundais qu’il devance de quelques mètres. Il lève la tête et voit Vladimir seul devant ses buts. Avec astuce, il déclenche un tir à ras de terre et inscrit le deuxième but des Mourabitounes. Tout le staff technique mauritanien est debout comme un seul homme à l’instar des supporters sur les gradins. La tribune officielle en a fait de même. Le ministre et sa suite ont ovationné les Mourabitounes. C’était l’apothéose et l’effervescence des grands jours.
Un peu plus tard, à la 61ème minute, Birama fait entrer Khattry O. Khourou à la place du buteur patenté, Dominique Dasylva. Un changement qui n’a vraiment pas donné grand-chose. Khatfry n’a pas fait mieux que Dominique sinon, il a fait baisser l’intensité de l’attaque. Car, Dominique, même fatigué, pouvait créer des occasions de buts. Malgré tout, le match se poursuit avec une légère réaction des burundais. Cependant, à la 74ème minute, Ahmed Sidibé, déborde sur le flanc droit et fait un centre en direction de Boubou Ndiaye qui se trouvait dans les 6 mètres mais le gardien burundais Vladimir était le premier sur le ballon. Les Burundais réagissent malgré ce retard de deux buts. Ils attaquent, font un marquage serré et mettent la pression sur la défense mauritanienne. Et comme par enchantement, cette réaction fut payante car, à la 86ème minute, les attaquants burundais se jettent en cafouillage dans la défense des Mourabitounes pourtant jalousement surveillée par Bilal Sidibé. Dominique Gourville venu en renfort, tire sur le maillot d’un burundais dans les 6 mètres. L’arbitre indique le point de penalty. Irambona Abdallah s’exécute et réduit le score (2-1). On ne parlera jamais assez de cette erreur inutile de Gourville qui n’était pas vraiment dans le match ce jour. Il n’a fait que commettre des fautes et des coups francs inutiles qui nous ont coûté cher à la 86ème minute.
Depuis la réduction du score, les Burundais se sont réveillés en créant d’énormes difficultés aux Mourabitounes. Ils occupent le milieu de terrain et mettent la pression sur Bilal et coéquipiers tandis qu’en défense, l’intraitable Valery Nahayo, le libéro burundais, règne en maître dans sa défense. Mais nos Mourabitounes ont résisté jusqu’à la fin du temps réglementaire qui les portait vainqueur de la partie.
La Mauritanie bat ainsi le Burundi et se classe 2ème au classement final du Groupe 2 avec 7 points mais ne se qualifie pas. C’était insuffisant pour sortir meilleur deuxième.

Birama Gaye réussit son test, le staff technique ovationné

Comme il fallait s’y attendre, le match test de nos techniciens a réussi. Le public est satisfait et la fédération se ragaillardit. Rien à dire. Eh oui, c’est le passage à niveau, c’est bon pour l’histoire et le moral, disent certains très satisfaits du résultat en dépit de l’élimination. Birama peut se permettre de râler à qui veut l’entendre, qu’il est certain qu’il fera mieux pour la qualification de 2010. Bien possible car on ne change pas une équipe qui gagne. Mais, il ne faut pas se leurrer, c’est maintenant ou jamais qu’il faut préparer la campagne de 2010 où il y aura la double qualification en CAN et en coupe du monde. Pour ce faire, il faut maintenir ce cap, faire des réglages et ne pas se croire aux anges. Nous voulons au moins une qualification en CAN pour voir flotter le drapeau mauritanien parmi ceux des grandes nations de football.
Et ça, ce n’est nullement le seul travail des techniciens, encore moins des joueurs. Mais celui du comité fédéral qui a laissé une bonne impression d’ensemble depuis la préparation de l’équipe nationale jusqu’au suivi des actes posés par les techniciens en passant par l’organisation technique et matérielle de l’évènement. Merci pour tout mais nous réclamons mieux pour qu’en 2010, la Mauritanie se qualifie pour la première fois dans l’histoire de notre football en coupe d’Afrique. Cependant, il faut souligner qu’il y en a encore des brebis galeuses dans ce comité fédéral qui risquent, si on ne prend pas garde, de bousiller le travail titanesque que ce dernier est en train d’abattre. Nonobstant tout cela, nous tirons le chapeau au staff technique et au comité fédéral dirigé par le président Mohamed Salem O. Boukhreïss.
Ibou Badiane

 


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés