Conférence de presse de l’ASO: Les organisateurs du Rallye Dakar font le bilan de l’étape Mauritanienne   
04/04/2007

Les responsables de la société «ASO» (Amaury Sport Organisation), organisateurs du Rallye Paris/Lisbonne/Dakar ont tenu une conférence de presse le jeudi 29 mars 2007 à 17 heures à l’hôtel Mercure pour faire le bilan de la 29ème édition du célèbre Rallye, deux mois après son déroulement.
L’objectif principal des conférenciers, outre de tirer le bilan de l’organisation de la course en Mauritanie, c’est de remercier par voie de presse, les autorités mauritaniennes pour leur soutien et leur contribution à la réussite du Rallye, sur les plans sécuritaire et organisationnel.



M. Etienne Lewing, directeur de la société «ASO », a déclaré que le rallye a eu des retombées positives sur la Mauritanie en ce sens que sur 641 heures de retransmission télévisée dans 170 pays, 40% étaient consacrées à la Mauritanie. Des retombées médiatiques significatives qui ont contribué à une large présentation de l’image de la Mauritanie au reste du monde. Il dira en substance qu’un recueil de ces retombées a été élaboré et remis au Premier Ministre à l’occasion de leur rencontre. Autre particularité du Rallye qui a motivé les responsables à revenir en Mauritanie, c’est la participation de deux pilotes mauritaniens à cette édition dont l’un, Zeidane Ould Soueid Ahmed, a terminé honorablement le rallye en catégorie moto.

Gratitude aux autorités et au peuple Mauritaniens

S’adressant aux autorités et au peuple mauritaniens, M. Etienne Lewing a tenu à les remercier de vive voix pour leur contribution au succès du Rallye en Mauritanie. Du côté des autorités, il dira que ses remerciements vont à l’endroit des Forces Armées mauritaniennes qui ont assuré une couverture sécuritaire suffisante et au Ministère de l’Intérieur pour son engagement aux côtés des concurrents et de tout le cortège du rallye.
Au peuple mauritanien, le conférencier, directeur de la société « ASO » a tenu à témoigner également sa gratitude pour l’organisation, l’encadrement et l’importance qu’il a accordé à cette 29ème édition du rallye. Tout comme il a adressé particulièrement ses remerciements à Mme Lematt mint Mogueya, représentante du Rallye Dakar en Mauritanie pour avoir contribué largement au succès de l’édition. Cette dernière, selon le conférencier, n’a ménagé aucun effort pour la réussite du Rallye sur tous les plans. Pour magnifier le pays, il dira que «la Mauritanie est un pays majeur dont les couleurs ont été visibles par la présence des concurrents mauritaniens, il nous semble donc important de repasser pour saluer les efforts qu’elle a fournis dans le rallye» a-t-il déclaré.

Une mobilisation importante

La 29ème édition du rallye a mobilisé 600 autos, motos, camions qui ont participé à la course, 600 camions assistants, 200 journalistes, 10 hélicoptères et 20 avions. Cette forte mobilisation a engendré un budget de 12 millions d’euros dont 40% ont été dépensé en Afrique. Selon M Etienne Lewing le Rallye nourrit 2600 personnes par jour dont 60% de restauration dans les bivouacs proviennent de la Mauritanie sans compter les taxes aériennes et communales et les hôtels qui constituent des retombées positives directes pour la Mauritanie. Cette importante manne financière du Rallye a consacré, selon le conférencier, une part importante pour la Mauritanie qu’il a évalué à des centaines de millions d’ouguiya.
Prenant la parole, Madame Lematt mint Mogueya, représentante du Rallye en Mauritanie, après avoir remercié à son tour les autorités mauritaniennes pour leur contribution efficace au Rallye, a ajouté que celui-ci a eu des retombées sanitaires sur les populations qui ont bénéficié de la couverture médiale lors de son passage notamment à l’intérieur du pays. «Leur soutien à l’effort du Rallye a été considérable et honorable pour la Mauritanie dont l’image revêt un caractère important pour cet évènement» a déclaré Madame Mint Mogueya. Elle a aussi remercié au nom de ses collaborateurs, la presse mauritanienne pour sa contribution non négligeable au succès du Rallye.
Quant à M. Roger Kalmanovitz chargé des relations extérieures et la sécurité du Rallye, il a d’abord tenu à apprécier le déroulement du processus démocratique en Mauritanie. Il a tenu toutefois à révéler que sur le plan sécuritaire, une formation a été organisée au profit des gendarmes et policiers mauritaniens sur l’encadrement du rallye et ce, sous les auspices de l’Ambassade de France en Mauritanie.
Ibou Badiane

Le Président de la Fédération Mauritanienne des Sports Mécaniques s’indigne

La conférence de presse des organisateurs du rallye a été marquée par la présence d’un invité surprise en la personne de M. Wedady Ould Mome, président de la Fédération Mauritanienne des Sports Mécaniques. Ce dernier en guise de protestation, a interpellé Roger Kalmanovitz, le chargé des relations extérieures et de sécurité du Rallye. Des propos allant dans le sens d’une invite à la collaboration, avec la structure nationale reconnue, érigée par le décret n°140/2003 du 01/09/2003 en conseil de ministres. Chose légitime selon M. Wedady qui n’a pas réclamé mieux qu’une collaboration et/ou participation aux activités du Rallye. La fédération qu’il préside, selon nos sources, est membre permanent et votant de la Fédération Internationale de l’Automobile. Une autre raison pour réclamer ses «droits textuels et statutaires » selon ses propos.
Se sentant indexé, M. Kalmanovitz, n’a pas trouvé mieux que de répliquer en durcissant le ton à l’endroit du président de la Fédération Mauritanienne des Sports Mécaniques. M. Kalmanovitz a déclaré que la Fédération Mauritanienne des Sports Mécaniques n’est pas reconnue sur le plan international, raison pour laquelle, ils ne se trouvent pas dans l’obligation de l’inviter à une quelconque activité du Rallye. Faux, a rétorqué M. Wedady. Et les choses ont dégénéré comme vous pouvez l’imaginer.
Beaucoup de conciliabules ont permis d’éviter le pire car, M. Wedady s’est senti offusqué et offensé dans sa chair au point de traiter son vis-à-vis de tous les noms d’oiseau, qualifiant les organisateurs du rallye de «pirates» de cet évènement. Madame Lematt également s’est mêlée à la confusion, et c’est de bonne guerre car elle représente le Rallye en Mauritanie. Elle voit donc mal que ses collaborateurs se voient tancés par son concitoyen. Ne serait-ce que pour sauver son image aux yeux de ses protégés, elle a brandi des menaces à l’endroit du président de la fédération des sports mécaniques. Mais les conciliabules ont encore mis du baume pour calmer les esprits.
Loin de prendre position pour qui que ce soit, il est nécessaire à l’avenir de mettre la forme pour impliquer les structures sportives devant participer légitimement à l’effort du Rallye, notamment la Fédération Mauritanienne des Sports Mécaniques.

 

CAN 2008
La qualification des Mourabitounes hypothéquée

Comme nous vous l’avions souligné dans notre précédente livraison, notre équipe nationale a subi une raclée en match aller comptant pour la troisième journée des éliminatoires de la CAN 2008 face à son homologue d’Egypte, sur la marque sans appel de trois buts à zéro (3-0) dont un a été marqué par notre défenseur Bilal Sidibé contre son camp.
Cette défaite à laquelle il fallait plus ou moins s’attendre malgré les ambitions de notre entraîneur national Moustapha Sall, hypothèque nos chances de qualification à la prochaine CAN 2008 prévue au Ghana. Notre onze national qui occupait la deuxième place, se retrouve dorénavant à la troisième position derrière l’Egypte (7 pts) et le Botswana (4 pts).
On ne parlera jamais assez des préparations bâclées de notre équipe nationale et du cinéma dont font preuve nos responsables. Loin de les attaquer, nous pensons que notre pays mérite mieux que ce qui se passe actuellement dans notre sport roi. Et par respect au peuple mauritanien, les dirigeants doivent savoir s’arrêter et réfléchir sur le devenir de notre équipe nationale dont l’amateurisme criant a encore prévalu. Le président de la FFRIM, Moulay Abass n’a-t-il pas raison de rendre le tablier à compter du 06 avril si l’AG ne se tient pas comme prévu par les textes statutaires ?
Moustapha Sall le coach, a accepté de jouer les seconds rôles qui lui seront fatales demain. Lui, qui était de tout temps à côté de ses hommes, cède sa place à un Fergani qui ne vient que pour faire le classement ou les ajustements de dernière minute avec tout ce que cela comporte comme conséquences néfastes pour notre onze national. Pourtant, cet argent qu’on lui donne pourrait bien servir à déplacer notre équipe hors de chez nous et la préparer sérieusement avec ce même Moustapha Sall qui désormais la connaît bien. Ce ne sont pas les qualités qui lui manquent encore moins l’efficacité. Il ne sert à rien de mobiliser en Egypte le Secrétaire Général de la Fédération, le président des équipes nationales, le puissant directeur des sports avec une manne financière aussi importante sur le plan prise en charge. Pourquoi faire ? Pourtant, de tout ce public parti au Caire, seul Massa Diarra a toujours joué sur le plan organisationnel et sur le plan encadrement, un rôle déterminant comme il l’a d’ailleurs fait quand il s’agit d’organiser chez nous les championnats et les compétitions. En tout cas, loin d’être pessimiste, la qualification de notre onze national est compromise avec cette débâcle.
Ibou Badiane


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2022 Tous droits reservés