Facebook
M. le Président des lecteurs veulent savoir   
05/08/2012

Sélectionné parmi les journalistes qui vont interviewer le président Aziz la soirée du 5 aout à Atar lors de l’émission radiotélévisée dite «rencontre avec le peuple», j’ai été assailli par les appels et mails des lecteurs qui tiennent à ce que je pose leurs questions. Et comme elles sont...



...nombreuses et qu’il est impossible des les poser toutes,  je les expose ici espérant les avoir posé quand même  . 

Je dois dire ici mon étonnement face à l’attitude de ce magistrat qui m’a demandé de poser son problème lequel  se résume, selon lui, au  fait qu’il fut  sanctionné parce qu’il aurait suivi une procédure  légale; mais qui s’est  ravisé, me rappelant quelques instants  plus tard, pour me demander de ne pas évoquer son cas.
Un autre lecteur a insisté pour que je pose le problème d’un projet de  barrage à  Hamdoun préfinancé par les chinois, et si utile selon lui, aux populations d’Atar .  Mais en discutant avec des Atarois, je découvre, selon leurs dires,  que ce projet avait été bloqué au début des années 2000 pour les tensions socio-écologiques qu’il aurait  suscitées. 
 En dehors de ces deux cas,  mes   lecteurs ont  eu des questions plutôt  claires. Parmi celles-ci,  la problématique de savoir : Quand prendra fin la viabilisation des quartiers précaires de Nouakchott ? «Cette opération salutaire présentement à sa quatrième année,  connait des lenteurs exaspérantes, je veux savoir si un délai est fixé pour sa finalisation, ou, si elle va se poursuivre indéfiniment »,  a-t-il demandé.
La disparité  dans les rémunérations au sein du  personnel de la société ISKAN qui a absorbé les  sociétés SOCOGIM  et ANAT a été soulevée par un lecteur qui tient à ce que le président  de la République  le sache, pour que cesse la discrimination dans les salaires des  employés d’une même structure.
«La commission pour les équivalences des diplômes est bloquée depuis une décennie et n’a pas non plus évolué malgré son activation en 2010 avec Ould Tomy» nous a dit un lecteur qui affirme que des centaines de diplômés en souffrent et cherchent une solution à ce problème qui affectent leurs revenus et  plans de carrière.
Une respectable dame agent contractuel de l’Etat qui a tenu à louer la compréhension manifestée à leur égard par le Premier ministre et la Ministre de la fonction publique a  évoqué le cas des 1800 agents contractuels affiliés à la CNSS et à la CNAM mais ne bénéficiant pas des indemnités de logement et de transport .

«Nous voulons  avoir ces avantages  et être traités comme nos  collègues qui étaient contractuels et qui sont devenus des  auxilliaires en bénéficiant d’une prise en gestion. il y a parmi nous des gens qui sont sur le point d’aller à la retraite», nous dit-elle.
Le personnel de la CNSS attend toujours -nous dit une interlocutrice-  l’augmentation de salaires de 75% votée par deux conseils d’administration en 20011 et avalisée par un comité interministériel qui a autorisé que cette hausse s’applique à 40% pour 2001, 20% en 2012 et  15% en 2013.
«Où en est-on avec le projet d’assainissement de la ville de Nouakchott,  notamment pour Sebkha ? On nous parlé d’une convention de 300. 000 000 UM signée en 2009 et nous n’avons rien vu venir» telle est la question qui nous a été posée par un lecteur qui a ajouté  qu’il veut aussi  savoir pourquoi des propriétaires de lotissements ayant des titres fonciers sont empêchés d’utiliser  leurs terrains situés non loin du Ministère des affaires étrangères alors que ces lots ne sont pas situés dans la zone vendue à «Sahraoui».

Ce lecteur veut également comprendre pourquoi les quartiers allant de carrefour du Ministère du Pétrole vers la route de Nouadhibou (extension ilot K, PRK, M ancienne  I et E)  n’ont pas bénéficié de goudrons?
Nos confrères journalistes n’ont pas été du reste. L’un d’eux demande au président de la République :  comment peut-on parler de faire de l’AMI, de  la radio publique  et de la télévision nationale  des medias  fournissant un service public ,alors que ces organes  sont tous dirigés par des militants membres du directoire  de l’Union pour la République (UPR- parti au pouvoir) ?
«Je respecte les directeurs des medias publics  et je ne veux attaquer personne  mais les medias publics ne doivent  pas être  instrumentalisés politiquement», dit-il .
D’autres confrères  ont tenu à  ce que le licenciement jugé abusif de Mamouny Ould El Mokhtar de l’AMI  soit posé.

 «On a reproché à Mamouny de travailler avec  une autre agence d’information mais il y collaborait  depuis des  années,  pourquoi cet argument a-t-il  subitement été mis à l’avant pour le licencier après plus de 30 ans de service à l’AMI?» avance un responsable du syndicat des journalistes mauritaniens qui a ajouté : «Et puis,  jusqu’à quand les journalistes des medias publics  vont-ils  rester sans bénéficier de l’augmentation de 60% approuvée par leurs conseils d’administration ?»
J’en ai certainement oublié,  mais c’était là, le gros des questions  que nos lecteurs et confrères ont voulu que je pose au président Aziz lors de l’émission prévue la soirée du 5 aout. Je tacherai de le faire,  mais d’ici là,  je les pose de cette manière.
IOM

 


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés