Facebook
AFRIQUE: accusé de surpêche, FV Margiris reprend service au large de la Mauritanie   
01/04/2021

Greenpeace met en garde les États ouest-africains contre les dangers environnementaux et sociaux liés à la présence du FV Margiris dans les eaux de la sous-région.



Le deuxième plus grand navire de pêche au monde avec un mauvais bilan de surpêche chronique a été repéré au large de la mauritanie.
Greenpeace Afrique réclame le départ sans délai du FV Margiris des eaux mauritaniennes. Dans une récente sortie, l’organisation non gouvernementale (ONG) de protection de l’environnement dénonce le caractère destructeur du plus grand navire de pêche au monde. Avec une capacité de capture et de congélation de 250 tonnes de poisson par jour, le géant chalutier qui bat pavillon lituanien représente une réelle menace pour la préservation des ressources halieutiques mauritaniennes et Ouest africaines. « Les dommages environnementaux que la surpêche cause aux stocks de poissons et à la biodiversité sont immenses. Le Margaris utilise un filet plus grand qu’un terrain de football avec une capacité de stockage de 6000 tonnes. Ce navire est un véritable "monstre" et une menace pour les ressources pélagiques déjà surexploitées », explique Dr Aliou Ba, conseiller politique de Greenpeace Afrique.

D’après l’ONG, le navire FV Margiris peut naviguer dans les eaux mauritaniennes grâce à un accord entre l’Union européenne (UE) et le gouvernement de Mauritanie. Sauf que ledit accord est intervenu au moment où les pêcheurs locaux et les femmes transformatrices de poisson font face à une crise sans précédent due à la pénurie de ressources halieutiques. Une situation qui selon Greenpeacea, entraîne l’insécurité alimentaire et la perte des moyens de subsistance des communautés locales.


Le FV Margiris n’est voulu ni ici, ni ailleurs
C’est la deuxième fois que le FV Margiris, 142 mètres de long, navigue dans les eaux mauritaniennes. Le géant des mers y était déjà dans le cadre du dernier accord de partenariat de pêche (qui a expiré le 31 juillet 2012) entre l’UE et la République islamique de Mauritanie. Le navire avait ensuite mis le cap sur l’Australie, où il était autorisé à attraper un quota de 18 000 tonnes de chinchard et de redbait le long des rives sud du pays. Mais après les protestations des associations environnementales, le gouvernement australien a adopté une loi interdisant au chalutier de pêcher dans les eaux australiennes pendant deux ans.

Alors que le navire était escorté hors du port de Melbourne au sud-est de l’Australie, des activistes de Greenpeace brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « ni ici, ni ailleurs ». « L’Australie n’en veut pas, les côtes ouest-africaines non plus, la place du Margiris est tout simplement à la casse ! »

Greenpeace déclare qu’elle fait campagne au niveau mondial pour réduire la flotte de pêche industrielle mondiale, surdimensionnée et subventionnée, à commencer par les navires-monstres qui contribuent à épuiser les stocks et à causer des dégâts à l’environnement marin en général, mais aussi au tissu social, économique et culturel des communautés côtières.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), environ 30 % des poissons sont surexploités, voire épuisés, parce qu’ils ne sont pas capturés dans une optique d’exploitation durable des ressources. De même, 58 % ont été exploités jusqu’à leurs limites. Cela signifie qu’environ 90 % des populations de poissons exploitées commercialement sont épuisées ou en voie d’épuisement.
afrik21


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés