Facebook
Afrique : L'Angola, le Sénégal, le Cameroun, le Ghana et le Nigéria parmi les plus durement touchés par le Covid-19   
31/03/2020

L’Angola, le Sénégal, le Cameroun, le Ghana et le Nigéria parmi les plus durement touchés par le Covid-19 et la chute des prix du pétrole



 La Chambre africaine de l’énergie analyse les pays africains les plus vulnérables au milieu de la pandémie de Covid-19 et la chute des prix du pétrole

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 31 mars 2020/ -- L’Angola révise le budget national et suspend le CAPEX ; Le premier développement pétrolier du Sénégal est confronté à des problèmes de financement ; Le Nigeria s’apprête à subir une perte de revenus importante ; Les analystes prévoient que le Ghana n’obtiendra que la moitié de ses revenus prévus ; Le Cameroun peut s’attendre à une baisse de 3% de la croissance économique.

Les pays africains producteurs de pétrole et dépendants de ses revenus sont parmi les plus durement touchés par la pandémie de COVID-19 et la baisse du prix du pétrole. En particulier, le Sénégal, le Nigéria et l’Angola continuent de faire face chaque jour à de nouveaux défis liés aux retombées économiques de la crise actuelle.

Angola

En 2020, le gouvernement angolais, dirigé par le Président João Lourenço, avait décidé de se concentrer sur la diversification économique et sortir le pays de près de cinq ans de récession. Cependant, face à la chute des prix du pétrole, le pays tributaire de l’or noir a ralenti la mise en œuvre de sa stratégie de réforme économique, qui prévoyait la privatisation des entreprises publiques et la réduction de la dette publique à moins de 60% du PIB d’ici 2022, contre environ 90% en 2018 et plus de 100% en 2019.

En réponse à l’instabilité actuelle du marché, le gouvernement angolais a déclaré l’état d’urgence et a pris la décision de revoir son budget national. Avec cela, il estimera son budget sur un prix de référence du pétrole de 35 $ le baril maximum - une réduction significative par rapport au 55 $ initialement établi. C’est ce qu’a révélé vendredi le ministre des Finances Vera Davis de Sousa, expliquant que la production de pétrole du pays devrait tomber à 1,36 million de barils par jour (b / j).

En outre, Davis de Sousa a indiqué que l’Angola gèlerait également 30% de son budget de biens et services et que son CAPEX serait suspendu en attendant l’achèvement de l’examen budgétaire. Parallèlement, le Fonds souverain angolais a accepté d’offrir 1,5 milliard de dollars à condition de remboursements futurs en augmentant l’impôt sur les dettes croissantes de la Banque d’Angola.

« En cette période, l’économie angolaise sera mieux servie par une action rapide du gouvernement », a déclaré NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie. « Alors que le ministre des Finances confirme déjà que l’économie du pays diminuera de 1,21% cette année, soit une cinquième année de récession, l’Angola a besoin d’un plan d’action solide qui implique d’intenses stratégies de renégociation avec les créanciers nationaux et étrangers, si elle veut s’en sortir », a-t-il ajouté.

Sénégal

Depuis la découverte du pétrole et du gaz en 2014, le pays ouest-africain est devenu un acteur majeur en devenir de l’industrie mondiale du pétrole et du gaz, avec une avancée rapide dans la mise en place d’un nouveau code pétrolier en 2019. En conséquence, le pays a bénéficié d’une augmentation des investissements étrangers et de l’entrée de majors internationales. Cependant, les turbulences du marché mondial ont eu un effet important sur l’avenir prometteur du pétrole au Sénégal.

En particulier, le premier développement pétrolier du pays, le projet offshore en eau profonde de 4,2 milliards de dollars de Sangomar, a subi une pression immense car le partenaire du projet FAR Ltd n’a pas finalisé les accords de dette pour financer sa part du projet. Citant l’environnement actuel, FAR a déclaré :  « la capacité de la société à clôturer les accords de dette du projet Sangomar qui étaient en cours pendant cette période a été compromise de sorte que les banques ont maintenant confirmé qu’elles ne pouvaient pas terminer la syndication dans l’environnement actuel ». L’opérateur du projet, Woodside et son partenaire Cairn, continuent d’explorer d’autres options pour le développement du projet.

L’environnement mondial actuel devrait également ralentir les autres activités du pays dans le secteur, en particulier le premier cycle de licences offshore qui a été lancé plus tôt cette année par la compagnie pétrolière nationale PETROSEN afin de pousser davantage l’exploration et la production du pays.

Bien que le gouvernement n’ait pas encore partagé les incitations pour les entreprises à poursuivre leurs activités, il a créé un fonds pour soutenir l’économie locale.

« Le Sénégal est sans aucun doute l’un des producteurs de pétrole et de gaz les plus prometteurs de l’Afrique. Dirigée par le Président Macky Sall, le pays est prêt pour une nouvelle croissance et de nouveaux investissements. Malgré ce qui se passe sur le marché mondial, nous espérons voir le Sénégal s’appuyer sur ses huit découvertes de pétrole et de gaz, et profiter du premier pétrole du champ pétrolier de Sangomar et du premier gaz du projet GNL de Grand Tortue Ahmeyim de BP », a déclaré NJ Ayuk.

Dans l’état actuel des choses, le Sénégal a également vu Cairn Energy réduire son investissement prévu à moins de 330 millions de dollars par rapport à la prévision initiale de 400 millions de dollars.

Nigéria

Le Nigeria devrait subir d’importantes pertes de revenus. Alors qu’il avait prévu un prix du pétrole de 57 $ en 2020, les prix actuels présentent d’énormes difficultés pour le plus grand producteur de pétrole d’Afrique. À ce stade, Mele Kyari, Directeur général du groupe de la Nigerian National Petroleum Corporation, a déclaré qu’à un prix du pétrole brut de 22 dollars le baril, les producteurs de pétrole à coût élevé comme le Nigeria devraient mettre la clé sous la porte.

De plus, le Conseil de l’Atlantique a prédit que le COVID-19 ferait subir au pays la plus grande perte du continent avec 15,4 milliards de dollars, soit environ 4% de son PIB. A cela vient s’ajouter plus de 58 milliards de dollars de projets pétroliers qui devraient subir des retards ou des annulations.

Bien que le Nigeria n’ait pas encore annoncé d’incitations à la poursuite de l’exploration et de la production pétrolières, il est déterminé à protéger sa production de pétrole, qui contribue généreusement à son économie. Plus précisément, le régulateur pétrolier du pays a, selon Reuters, ordonné aux sociétés pétrolières et gazières de réduire leurs effectifs offshores et de passer à des rotations de 28 jours pour éviter la propagation du coronavirus.

« Le Nigéria risque de subir les pertes les plus importantes. Avec les prix actuels poussant le pays à réduire son budget et ses entreprises à réduire leur CAPEX, le monde entier attend de voir la prochaine décision du Nigeria », a déclaré NJ Ayuk. « Bien qu’il soit difficile d’être optimiste pour le moment, avec l’engagement de les entreprises et la résilience du gouvernement, le pays peut certainement traverser la tempête », a-t-il ajouté.

Ghana

La chute des prix du pétrole, couplée au COVID-19, a également eu de lourdes répercussions sur l’industrie pétrolière du Ghana, qui est sur une trajectoire de croissance régulière depuis plus de 10 ans depuis les premières découvertes d’hydrocarbures et, plus récemment, les 1,5 milliards de barils découverts par Springfield Group.

Après avoir fixé un prix de référence de 58,66 $ le baril jusqu’à la fin de 2020, les revenus pétroliers prévus du Ghana devraient pâtir de la chute actuelle des prix. Les analystes prévoient déjà que le pays n’obtiendra que la moitié de ses revenus projetés.

L’activité de production de pétrole devrait également connaître des retards alors que Tullow Oil révise ses objectifs de production et met fin au contrat de forage avec Maersk Drilling pour le navire de forage Maersk Venturer au large du Ghana.

« Si les prix devaient rester autour de la barre des 30 $ US, alors le gouvernement doit s’attendre à n’obtenir que la moitié des revenus qu’il prévoyait. Nous avons déjà vu Tullow réduire sa production. Donc, mise à part la chute internationale du prix du pétrole brut que nous devons égaler dans la vente de notre propre pétrole, notre production baisse également », a déclaré Paa Kwasi Anamua Sakyi, directrice exécutive de l’Institut pour la sécurité énergétique.

Cameroun

Selon une analyse des impacts économiques et financiers publiée par le secrétariat de presse du programme de réformes économiques et financières de la CEMAC, le Cameroun peut s’attendre à une baisse de croissance de 3% face à la crise mondiale actuelle.

Les opérations pétrolières devraient également être affectées. Tower Resources par exemple a déjà déclaré force majeure dans son développement du Bloc Thali dans l’offshore du pays. La société a également révélé que l’activité sur le puits offshore NJOM-3 pourrait également être suspendue.

Bien que le gouvernement n’ait annoncé aucune incitation à poursuivre l’activité dans le secteur, il a reconnu les produits de base non pétroliers qui contribueront le plus au déclin économique du pays.

Le moment est extrêmement difficile pour le développement du pétrole en Afrique. La Chambre africaine de l’énergie encourage les pays africains producteurs de pétrole à s’adapter aux changements, à mettre en œuvre des incitations et à planifier pour l’avenir. Cette crise mondiale ne peut être résolue qu’avec un engagement, un soutien et une collaboration continus.

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés