Facebook
Maghreb/Concours journalistique sur le changement climatique: Un journaliste mauritanien remporte le 2e prix   
20/11/2020

L’association Africa 21, qui travaille sur les questions de changement climatique, a organisé, du 21 au  23 septembre 2020 à Tunis, en partenariat avec la fondation Heinrich Böll Stiftung , une session de formation par vidéo conférence sur les enjeux du  changement ...



... climatique.  L’évènement est organisé dans le cadre du Réseau africain des journalistes spécialisés sur le développement durable et le changement climatique. Seize (16) journalistes du Maghreb (Algérie, Maroc, Mauritanie et Tunisie) ont été choisis sur la base d’un projet éditorial pour participer à cette session très sélective en vue de parler des enjeux du  changement climatique  dans leur région.

Cette session de formation a été un prétexte pour lancer le concours consistant à choisir la meilleure production journalistique issue de cet atelier organisé à partir de la Tunis et Genève par vidéo conférence. Tous les 16  journalistes retenus pour prendre part à cet exercice ont été invités à produire un article consacré aux enjeux du changement climatique dans leur région.  En clair, il s’agissait entre autres objectifs de «renforcer les capacités des journalistes sélectionnés sur les enjeux du changement climatique au Maghreb, et leur compréhension du cadre international et des acteurs de la lutte contre le changement climatique». Ou mieux encore,  les organisateurs veulent «améliorer la visibilité de ces enjeux, la qualité de l’information et sa vulgarisation, à travers les médias, auprès des populations de cette région ;  mais aussi développer une base solide de membres du Réseau afin d’assurer dans la durée le suivi qualitatif de cette démarche».  En d’autres termes, il s’agit aussi de «créer un pont durable avec l’expertise journalistique locale et l’expertise de la Genève internationale sur ces questions».
Cette session qui a réuni des journalistes du Maghreb avec des experts locaux et de la Genève internationale, a permis d’acquérir des savoirs, mieux comprendre les enjeux et d’échanger sur les défis climatiques dans cette région d’Afrique.
Et cette rencontre de haut niveau a été sanctionnée par des productions journalistiques sur l’évènement en mettant l’accent sur les enjeux du changement climatique dans la région du journaliste.  C’est dans ce sens que notre confrère, Camara Seydi Moussa, directeur éditorialiste du journal mauritanien «La Nouvelle Expression», pour avoir produit un bon article sur la pluviométrie au Guidimagha (Sud de la Mauritanie) et dont le titre est : «Le paradoxe mauritanien :  après le déluge, la soif au Guidimagha » a  été nominé par un  jury composés de 12 éminents intellectuels (journalistes, experts et diplomates). Il a remporté ainsi le deuxième prix après notre consœur du Maroc qui s’est adjugée de la première place. Un sacre qui honore la Mauritanie et la presse mauritanienne dans son ensemble. Des félicitations fusaient de partout, car notre confrère est bien connu pour sa plume même s’il reste ce journaliste polémique qui a toujours dérangé le régime de l’ancien président Mohamed Abdel Aziz qui a fini par l’emprisonner pour quelques jours avant de quitter le pouvoir.  Et malgré cet harcèlement digne d’un autre âge, Camara Seydi Moussa reste et demeure imperturbable dans ses convictions de lutte contre l’injustice et se range toujours du côté des opprimés.
Ce prix vient renforcer davantage son talent de journaliste confirmé qui ne croit qu’à sa plume et rien d’autre.
Ibou Badiane


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés