Facebook
Mauritanie : comment Ghazouani s’est affranchi de la tutelle d’Aziz   
02/07/2020

Un an après son élection, le président mauritanien a réussi à prendre le contrôle de tous les leviers du pouvoir. Quitte à s’éloigner de son prédécesseur et mentor, Mohamed Ould Abdelaziz.



 Au troisième étage du palais présidentiel de Nouakchott, dans l’intimité de ses appartements privés, Mohamed Ould Ghazouani aime à partager son déjeuner avec ses collaborateurs. Le chef de l’État, qui plaisante volontiers avec eux, a discrètement réhabilité le thé, formellement interdit par Maaouiya Ould Taya après qu’on lui eut présenté un dossier taché.

Son prédécesseur, Mohamed Ould Abdelaziz, qui fut aussi son plus proche ami, vivait replié sur son clan familial et veillait à rester inaccessible. Ghazouani, lui, quand il n’est pas au chevet du chef d’état-major de la gendarmerie, téléphone à un ministre souffrant pour s’enquérir de sa santé. « Il se soucie sincèrement des autres, il aime les gens », dit un proche. En cultivant ses amitiés et en ménageant ses ennemis, le président de la République continue, un an après son élection, le 23 juin 2019, à faire consensus.

À son arrivée au pouvoir, Mohamed Ould Ghazouani, 63 ans, avait une obsession : se débarrasser au plus vite de son image de marionnette d’« Aziz », alors encore solidement ancrée dans l’esprit des Mauritaniens. Les deux amis de quarante ans ont aussi un lien familial, puisque le premier a été marié à une nièce du second avec qui il a eu deux enfants. « Il est issu d’une vraie aristocratie locale et cultive les bonnes manières.

suite lire jeuneafrique


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés