logo-tahalil

Nouakchott: Lancement d’un projet de développement pour immuniser les jeunes contre l’extrémisme

Le secrétaire général du ministère des Affaires islamiques et de l’Enseignement originel, M. Beitallah Ould Ahmed Lessouad, a supervisé, vendredi à Nouakchott, le lancement d’un projet dénommé projet « Tamkine ».
Ce projet financé par l’USAID vise à créer des espaces sûrs pour que les jeunes puissent interagir et acquérir des compétences en leadership, en luttant contre l’isolement et la vulnérabilité aux risques découlant de la désinformation qui ont augmenté en particulier pendant la pandémie de COVID-19 et qui peuvent rendre les jeunes plus vulnérables à l’extrémisme violent.
Ce projet, qui sera mis en œuvre par l’ONG ’’ FHI 360’’ sur cinq ans avec un budget de 7 millions de dollars, s’attellera à créer 13 centres communautaires pour les jeunes dans les wilayas du Hodh Charghi, du Hodh El Gharbi, de l’Assaba, du Guidimagha, du Trarza, du Tiris Zemmour, de l’Adrar en plus des trois wilayas de Nouakchott.
Dans une allocution prononcée à cette occasion, le secrétaire général a expliqué que ce projet, qui œuvre à responsabiliser la jeunesse mauritanienne pour conduire un changement social positif et consolider la cohésion sociale, s’inscrit dans un contexte d’ouverture politique et sociale du pays.
Il intervient en application du programme de Son Excellence le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani ’’Taahoudaty’’ que le gouvernement du Premier ministre, M. Mohamed Ould Bilal, s’emploie à mettre en œuvre en vue d’offrir des emplois aux jeunes afin de lutter contre l’extrémisme et le radicalisme en formant les jeunes et en les encourageant à accéder aux postes de décision.
Il a souligné que ce projet interviendra efficacement dans les zones ciblées en organisant plusieurs ateliers, forums régionaux et campagnes de sensibilisation pour contribuer à un changement positif et combattre l’idéologie extrémiste par un discours islamique modéré, mettant à contribution de jeunes imams, de mosquées, cheikhs de mahadras, étudiants, organisations de la société civile et associations de jeunesse.
D’autre part, la Chargée d’Affaires de l’ambassade des États-Unis à Nouakchott, Mme Inger Tangborn, a exprimé ses remerciements pour les efforts déployés par les autorités mauritaniennes pour lutter contre l’extrémisme et le radicalisme violent, soulignant que ce projet arrive au bon moment.
Elle a expliqué que les jeunes, avec leur poids démographique, leur vitalité et leur activité, peuvent jouer un rôle important dans la promotion de l’unité et de l’harmonie et constituer une alternative positive à la violence et à l’extrémisme observés dans la région et dans le monde.
Pour sa part, le directeur régional adjoint de l’Agence des États-Unis pour le développement international, M. Zerik Smith, a remercié les autorités mauritaniennes pour avoir facilité la mission de l’agence afin de contribuer au renforcement de la stratégie nationale du gouvernement mauritanien en matière de lutte contre l’extrémisme et d’essayer d’en éradiquer les causes.
Il a souligné que l’agence injectera environ 17 millions de dollars au cours des cinq prochaines années pour encourager les jeunes à mieux participer à la vie civile et à renoncer à la violence, à l’extrémisme et au radicalisme, notant que les domaines d’intervention de l’agence touchent les domaines alimentaire, sanitaire et celui de la lutte contre l’extrémisme. À son tour, la directrice adjointe de FHI 360, Mme Abigail Wilson, a indiqué que ce projet vise à promouvoir les réseaux régionaux de jeunes afin d’atteindre l’harmonie sociale et l’engagement civique et de renforcer la résilience des jeunes face aux effets secondaires de la Pandémie Covid 19.
La cérémonie de lancement s’est déroulée en présence du secrétaire général du ministère de la culture, de la jeunesse, des sports et des relations avec le Parlement, du secrétaire général du ministère de l’emploi et de la formation professionnelle, du commissaire adjoint aux droits de l’homme, à l’action humanitaire et aux relations avec la société civile et du wali de Nouakchott Ouest.
AMI