logo-tahalil

Maroc-Mauritanie : Un câble internet reliera les deux pays et passera par le Sahara

Dans le but de « renforcer la connexion internet dans le pays », le gouvernement mauritanien prévoit le lancement prochain d’un câble internet qui traversera le Sahara Marocain selon des sources mauritaniennes. Le but étant de renforcer le câble « African Coast to Europe (ACE) » auquel le pays était connecté en 2011 et sur lequel il s’appuie principalement pour les services internet à haut débit.

Depuis le changement de nom de la société marocaine de Mauritel SA en Moov Mauritel, ce projet a été mis sur la table. Actuellement, Maroc Télécom est en plein négociation avec la Mauritanie afin de mettre en œuvre ce câble internet, d’une largeur de 1.600 km, et qui traversera le Sahara Marocain en direction de la Mauritanie.

Si ce projet est réalisé, c’est une reconnaissance implicite par Nouakchott de la souveraineté marocaine au Sahara à en croire l’analyste mauritanien Yacoub Ould Cheikh Sidiya, cité par les médias mauritaniens.

L’analyste explique que le câble internet, qui dépasse apparemment les capacités de la société de télécommunications « Moov Mauritel », a été rejeté par les présidents Ely Ould Mohamed Vall, Sidi Ould Cheikh Abdallahi et Mohamed Ould Abdelaziz, mais apparemment accepté par l’actuel président Mohamed Ould Ghazouani, souligne l’analyste.

En grève en raison de la situation précaire du groupe marocain, Moov Mauritel, les salariés racontent à la presse que l’entreprise s’est intéressée au câble internet et y a investi, malgré les revendications des ouvriers.

Dans les détails, le câble atteindra la brèche El Guerguerat, située à l’extrême sud-ouest du territoire marocain, à environ 50 kilomètres de la ville mauritanienne de Nouadhibou, explique la presse locale, notant que l’achèvement du projet était initialement prévu pour l’année prochaine. Mais les dates ont été légèrement modifiées sans donner de raisons. Jusqu’à présent, Nouakchott n’a pas fait de déclaration officielle sur ce câble internet.

Pour Mauritel SA (aujourd’hui Moov Mauritel), il s’agit de l’opérateur historique mauritanien, né de la scission en 1999 de l’Office des Postes et Télécommunications. En 2000, Mauritel SA crée Mauritel Mobiles, dont elle détient 100 % et qui obtient la deuxième licence d’exploitation d’un réseau de téléphonie mobile de type GSM.

À la suite d’un appel d’offres international lancé par l’État mauritanien le 12 avril 2001, Maroc Telecom a acquis 54 % du capital de Mauritel SA. Par la suite, le groupe Maroc Telecom a créé, en janvier 2002, la Société mauritanienne de Communication (CMC), à laquelle il a apporté les actions qu’il détenait dans Mauritel SA.

Mais pas seulement ! En juin 2002, Maroc Telecom cède 20 % de CMC à des investisseurs mauritaniens, tandis qu’au cours de l’exercice 2003, CMC a cédé 3 % de Mauritel SA au Maroc pour 17 millions de dirhams conformément aux engagements pris lors de la privatisation en 2001.

En ce qui concerne le contrat de construction du câble ACE (Africa Coast to Europe), il a été signé en juin 2010 par Moov Mauritel. Il s’agit d’un câble sous-marin de 17.000 kilomètres qui relie la France et l’Afrique du Sud et qui longe les côtes de plusieurs pays africains et appartient à un consortium de 20 opérateurs, mené par France Télécom. À noter que Moov Mauritel achèvera prochainement sa connexion en fibre optique vers le Maroc et le Mali.

Toujours en ce qui concerne Mauritel, et à fin décembre 2021, le groupe dispose d’un parc fixe de 57.000 lignes, sans augmentation par rapport à 2020, et déploie un réseau ADSL et FTTH, lui permettant de vendre des offres internet très haut débit à ses clients. À la même période, Mauritel compte quelque 19.000 abonnés internet, connectés principalement via le réseau ADSL (94 % du parc).

Le marché mauritanien comptait, à septembre 2021, 4,7 millions de clients Mobile, soit un taux de pénétration de 99,10 %. Sur ce marché, deux opérateurs agissent conjointement avec Mauritel à savoir la Société Mauritano-Tunisienne de Télécommunications (Mattel) et l’opérateur Chinguitel. Mauritel compte à elle seule, au moins 3 millions de clients au 31 décembre 2021, soit une augmentation annuelle de 13 % malgré une concurrence agressive et des restrictions réglementaires liées à l’identification des clients.
hespress