logo-tahalil

Le Sénégal et la Mauritanie sont riches en ressources, mais pauvres en infrastructures, il est temps de changer cela (Par NJ Ayuk)

Plus d’un milliard de barils (bbl) de pétrole et 40 000 milliards de pieds cubes (bcf) de gaz naturel attendent d’être extraits
Sous les eaux côtières du Sénégal et de la Mauritanie voisine se trouvent certaines des plus grandes découvertes de pétrole et de gaz naturel de l’histoire récente, la plupart ayant eu lieu entre 2014 et 2017. Plus d’un milliard de barils (bbl) de pétrole et 40 000 milliards de pieds cubes (bcf) de gaz naturel attendent d’être extraits.

Ces découvertes ont revigoré l’intérêt de l’industrie pour le bassin sénégalo-mauritanien. Cependant, malgré ce vaste potentiel, la compréhension de la manière de le transformer en un important centre de production est encore en évolution. Les précédentes tentatives de monétisation de découvertes plus modestes ont échoué. Les niveaux de production des installations régionales ont diminué au cours de la dernière décennie. Alors que le projet sénégalais de Gadiaga, dont le volume est toujours faible, est toujours en activité, la production du projet mauritanien de Chinguetti en eaux profondes a complètement cessé à la fin de 2017.

La question de savoir comment exploiter ces nouvelles réserves, surtout si l’on considère qu’elles traversent des frontières internationales, trouve une réponse en partie dans le partenariat. Les complexités inhérentes aux revendications de propriété des combustibles fossiles ont été abordées et résolues à l’amiable en 2018 lorsque les deux pays ont accepté les termes de l’accord de coopération interétatique qui a délimité des parts égales des ressources offshore. Les gouvernements et la main-d’œuvre locale sont prêts à progresser. Ils sont impatients de voir les différents champs de cette zone fonctionner à leur capacité maximale.

Cependant, le manque d’infrastructures existantes signifie que le développement de ces projets sera une entreprise considérable nécessitant un investissement sérieux de la part de partenaires engagés. Pour compliquer encore les choses, le calendrier est également un facteur, et l’heure tourne. La Mauritanie, par exemple, doit trouver un substitut à son activité d’extraction de fer, qui a assuré une part importante de l’économie nationale mais qui est soumise aux fluctuations de la demande de son principal client, la Chine. Une baisse du marché, associée à une chute attendue du prix des échanges, aurait un impact considérable sur la nation. Le déficit budgétaire pourrait être comblé par les recettes du gaz naturel liquéfié (GNL) produit à partir des gisements mauritaniens, mais seulement si la production peut être lancée assez rapidement pour satisfaire les besoins croissants de l’Europe en GNL, qui devraient culminer au milieu des années 2030.

Le problème est que ni la Mauritanie ni le Sénégal n’ont les moyens d’acheminer le gaz offshore vers les marchés nationaux ou d’exporter le GNL vers les marchés internationaux. Les infrastructures terrestres de transformation du gaz en électricité sont, au mieux, minimes. La monétisation réussie des ressources de cette région est un objectif qui requiert une attention proportionnelle à ces insuffisances.

Une prescription pour le succès

Comme le détaille la Chambre africaine de l’énergie dans son rapport « Petroleum Laws – Benchmarking Report for Senegal and Mauritania », il existe des possibilités de collaboration entre les gouvernements locaux et les compagnies pétrolières internationales (CPI) qui permettraient d’accélérer le développement de ces réserves offshore.

Bien qu’il soit possible qu’un jour la Mauritanie puisse se connecter à l’un des trois pipelines algériens vers l’Europe, les navires flottants de gaz naturel liquéfié (FLNG) offrent une solution plus immédiate et plus abordable.

Les gazoducs internationaux, qui constituent une méthode inégalée d’acheminement du carburant une fois achevés, s’accompagnent de difficultés uniques et fastidieuses lors de la phase de planification. Tout projet de pipeline doit prendre en compte le potentiel de déplacement des communautés tout en tenant compte des caractéristiques géologiques et des problèmes de gestion de la végétation. Le risque de problèmes de sécurité est un autre facteur. Bien que le Sénégal et la Mauritanie n’aient pas eu à faire face à des problèmes de sécurité, il est possible que l’instabilité dans d’autres pays de la région, comme l’insurrection islamique au Mali voisin, se propage et constitue une menace pour les infrastructures terrestres. Les navires FLNG comme ceux proposés par Golar, New Fortress Energy et Technip offrent un moyen raisonnable d’éliminer la plupart de ces obstacles.

Le temps d’agir

Malgré ces défis urgents, le Sénégal et la Mauritanie offrent aux compagnies pétrolières internationales (CPI) une opportunité incontestablement lucrative qui mérite un investissement. Si la récente volatilité du marché européen de l’énergie est une prévision des circonstances à venir, le moment est venu pour les opérateurs internationaux d’établir des relations solides en Afrique.

Idéalement, les CPI devraient ériger des infrastructures qui soutiennent chaque facette de la production africaine de gaz et de pétrole. Les terminaux d’exportation de GNL, les opérations logistiques maritimes et les réseaux de gazoducs joueraient tous un rôle dans la satisfaction des besoins mondiaux en énergie, déjà considérables et croissants, notamment en gaz naturel. Des dépenses à grande échelle comme celles-ci sont dans le meilleur intérêt des CPI, et le Sénégal et la Mauritanie offrent un degré de coopération que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde.

Des mesures prometteuses

Les dirigeants mauritaniens ont pris l’initiative d’attirer les investissements internationaux en assouplissant les réglementations commerciales restrictives, en élaborant un plan directeur pour le gaz et en désignant la ville portuaire de Nouadhibou comme centre de traitement, d’importation et d’exportation du gaz.

Outre l’établissement de relations d’exploration offshore avec BP, Kosmos Energy et la société pétrolière nationale mauritanienne, la Société Mauritanienne des Hydrocarbures et de Patrimoine Minier (SMHPM), le pays cherche également à développer des raffineries terrestres dans le but de lutter contre la pauvreté énergétique à grande échelle.

Le président Macky Sall a poussé et exécuté un plan visant à améliorer l’attractivité internationale du pays. Présenté en 2014, le Plan pour un Sénégal émergent (PSE) alloue des milliards aux infrastructures industrielles à travers le pays.

La construction d’un port en eau profonde dans la capitale, Dakar, a commencé plus tôt cette année, tout comme celle de l’aéroport d’Ourossogui-Matam dans le nord-est. Des projets d’amélioration des aéroports de Kedougou, Tambacounda et Ziguinchor ont également été lancés.

Depuis l’année dernière, des trains express régionaux à grande vitesse sont disponibles au Sénégal, et une extension de l’autoroute à péage Dakar-Diamniadio-AIBD est en cours.

En outre, Dakar accueillera la conférence et l’exposition MSGBC Oil, Gas & Power le 1er et 2 septembre de cette année, où les leaders de l’industrie présenteront les arguments en faveur de nouveaux investissements internationaux au Sénégal et dans la région sur la scène mondiale.

Réinvestissement : La clé de voûte de la durabilité

La Chambre africaine de l’énergie est stimulée par les progrès notables et continus dans le bassin du MSGBC. Nous considérons le succès dans la région comme une certitude, mais ce n’est qu’avec la monétisation et le réinvestissement dans les infrastructures que ce succès sera durable.

Nous encourageons les gouvernements du Sénégal et de la Mauritanie à rester vigilants quant à la monétisation de leurs réserves. Chaque étape de la chaîne de valeur du gaz devrait générer des revenus, et une partie de ces revenus devrait contribuer à financer le développement des infrastructures dans le pays.

La demande mondiale de gaz naturel est déjà forte, et cette demande augmente au fil des saisons. Le Sénégal et la Mauritanie sont particulièrement bien placés pour satisfaire leurs besoins énergétiques nationaux tout en répondant à ceux de l’Europe et au-delà. Une action décisive maintenant, associée à des partenariats engagés à long terme, garantira la réalisation de cet objectif.
Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

SOURCE
African Energy Chamber