logo-tahalil

Démarrage à Nouakchott d’un atelier sur les méthodes de calcul des dépenses fiscales et la préparation des rapports

Le secrétaire général du ministère des Finances, M. Yacoub Ould Ahmed Aicha, a supervisé, lundi à Nouakchott, le démarrage des travaux d’un atelier de formation sur les meilleurs outils de la bonne gestion de la valeur ajoutée, la rationalisation des exonérations et l’uniformisation des techniques d’évaluation des dépenses fiscales.

Cet atelier, de 5 jours, est organisé au profit des cadres de la Direction Générale des Impôts, de la Direction Générale des Douanes et de l’Agence Nationale des Statistiques et d’Analyse Démographique à travers une formation de haut niveau sur les méthodes et les techniques de calcul des dépenses fiscales et la préparation des rapports nationaux y afférents.

La rencontre s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre d’un programme dénommé  »Programme d’Appui à la Transition Fiscale », conjoint entre notre pays et la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) – à laquelle notre pays est lié par un accord de partenariat dans le domaine de la libéralisation du commerce interopérabilité et la réalisation de l’inter-complémentarité économique à travers la suppression des barrières douanières – pour mettre en œuvre des politiques fiscales rationnelles capables de combler le manque dû à la diminution des recettes douanières imposé par le partenariat.

Dans le mot qu’il a prononcé à cette occasion, le secrétaire général du ministère a affirmé que le développement du capital humain et la mise en place d’une économie forte constituent la priorité des priorités du Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, une priorité matérialisée par les politiques générales du gouvernement du Premier ministre, Monsieur Mohamed Ould Bilal Messaoud.

M. Ould Ahmed Aicha a ajouté que le département des Finances s’emploie à consolider les capacités des fonctionnaires en leur procurant les mécanismes qui leur permettent de s’acquitter convenablement de leurs missions, y compris l’amélioration des recettes fiscales considérées comme étant la première source du trésor public et le garant essentiel des dépenses publiques et la paix sociale, mais aussi, la direction la plus efficiente en matière de répartition du revenu national entre les différentes composantes du tissu social.

Il a, en outre, signalé que l’atelier vise à réviser les mécanismes d’attribution des exonérations fiscales, leur efficience et les méthodes scientifiques de leur évaluation, soulignant que la nature des participants et la diversité de leurs profils professionnels, ainsi que le haut niveau de l’expert international supervisant la formation, sont autant de facteurs qui permettent d’atteindre les objectifs de l’atelier.

La cérémonie d’ouverture de l’atelier s’est déroulée en présence du directeur général des impôts, M. Mokhtar Ould Saad. ami