logo-tahalil

La HAPA annonce les résultats d’une enquête sur l’accès des handicapés aux médias audiovisuels

Une enquête préparée par la Haute Autorité de la Presse et de l’Audiovisuel (HAPA) sur la présence des personnes handicapées dans les programmes des médias audiovisuels a révélé que la couverture médiatique totale des questions des personnes handicapées s’élevait à cinquante-deux heures et cinquante-sept minutes, soit 6,37 % sur 831 heures, c’est la durée totale des études dans les établissements audiovisuels.

Le président de la Haute Autorité de la Presse et de l’Audiovisuel, M. El Houssein Ould Meddou, a déclaré, lors d’une conférence de presse tenue vendredi à Nouakchott, que cette enquête relève des compétences de l’autorité en matière d’accompagnement des contenus médiatiques et de garantie de l’accès de divers acteurs aux médias. Elle traduit aussi l’intérêt qu’il y a à promouvoir les groupes en situation de handicap.

Un communiqué de l’autorité, dont copie est parvenue à l’agence mauritanienne d’information, précise que les organes de presse couverts par l’enquête, à savoir : Radio Mauritanie, chaîne mauritanienne, chaîne Al-Mourabitoune, chaîne Al-Sahel, chaîne Chinguetti, la chaîne Al Watania, la chaîne Dafa, la radio Mauritanides et la radio Kobenny, ont consacré, avec une grande disparité, des pourcentages plus faibles de couverture de l’actualité et des taux plus élevés pour les programmes en faveur de cette catégorie.

En ce qui concerne la couverture médiatique de cette frange par les bulletins d’information, l’enquête a montré que le groupe étudié recevait moins d’attention dans les bulletins d’information. Ainsi les médias publics, malgré l’expansion horizontale dont ils étaient témoins pour assurer une couverture médiatique élargie, allouaient trois heures à cette catégorie sur l’ensemble de la période d’étude. Les médias privés, quant à eux, ne lui allouaient que deux heures, selon l’échantillon étudié, tandis qu’elle était quasiment absente de l’actualité dans quatre chaînes.

En ce qui concerne les programmes, l’enquête a indiqué que la catégorie des personnes handicapées bénéficiait de 31 heures dans les programmes des médias publics, soit 66 %, tandis que les médias privés consacraient 16 heures à cette catégorie, soit 33 % de l’échantillon étudié. Les résultats de l’enquête ont montré l’importance et la qualité de la fréquentation des personnes handicapées dans les médias audiovisuels publics et privés.

Le communiqué a également précisé que l’absence d’une perception adéquate des besoins et des préoccupations de cette frange lors de la mise en place des dirigeants des médias en tant que sujet, et son absence des salles de rédaction de ces institutions en tant que personnes, se reflétait sur la nature des productions en termes de quantité ou de qualité, de sorte qu’elle était absente dans une large mesure ou que ses enjeux étaient présentés de manière déformée.

Les résultats de l’enquête ont révélé que les chaînes, avec une grande variation, ont alloué au cours de cette période de l’enquête 28% pour les jeunes, contre 10,65% pour les femmes, 10,69% pour les enfants et 6,37% pour les personnes handicapées.

Mme Hawa Meyloud, directrice de la surveillance et du suivi à la HAPA, a affirmé, lors de la conférence de presse, que la Haute Autorité tirera les résultats de l’enquête pour s’adresser aux autorités et partenaires concernés afin de consolider les acquis des médias en matière de couverture de cette catégorie, et travaillera à la sensibilisation des acteurs sur le devoir d’améliorer la productivité et d’assurer une plus grande couverture de ce groupe.

Elle a ajouté que cette enquête s’inscrit dans le cadre des missions de la HAPA en matière de contrôle des sorties médiatiques et de promotion du groupe cible après la réalisation de l’enquête précédente sur le pluralisme politique.

Elle a noté que l’enquête traduit le rôle de l’autorité dans le suivi des sorties médiatiques et de l’importance qu’il y a à rendre la frange handicapée plus présente et à assurer son accès aux médias de manière adaptée aux impératifs d’efficacité et de promotion conformément aux textes de l’Institution et à ses cahiers des charges. AMI