logo-tahalil

Kaédi : Atelier de formation et de sensibilisation sur les missions du MNPT

Le président du Mécanisme National de Prévention de la Torture (MNPT), M. Bekkaye Ould Abdelmalek, accompagné du wali Gorgol, M. Ahmedna Ould Sid Ebba, a ouvert samedi, à Kaédi, un atelier de formation et de sensibilisation des responsables judiciaires et de sécurité et des organisations de la société civile sur les missions du Mécanisme. L’atelier d’une journée est organisé en coopération entre le MNPT et le Fonds spécial pour le Protocole facultatif.

Il bénéficie aux magistrats, aux autorités sécuritaires et aux représentants des organisations de la société civile dans les wilayas due Gorgol, du Brakna, du Trarza et du Guidimagha.

Dans son allocution pour la circonstance, le président du mécanisme national de prévention de la torture a affirmé que notre pays a ratifié la Convention contre la torture en 2006 et le protocole facultatif à cette convention en 2012, en vertu desquels le mécanisme national de prévention de la torture a été créé en 2015.

Il a expliqué que sa mise en place constitue un événement important dans la sous-région en raison de ses fortes répercussions dans le domaine de l’appui aux droits de l’homme et de ses contributions évidentes au parachèvement des institutions de l’État de droit.

M. Bekkaye Ould Abdelmalek, a ajouté que l’organisation de cet atelier de formation s’inscrit dans le cadre d’une coopération fructueuse avec diverses organisations des droits de l’homme d’une part et les autorités judiciaires et de sécurité d’autre part pour renforcer la réponse à toutes les formes de traitements cruels et inhumains.

Son objectif principal est de familiariser les partenaires locaux avec tous les rôles et tâches définis par la législation nationale et de les informer des obligations de l’État mauritanien, qui est signataire de la Convention pour la prévention de la torture.

Il a poursuivi en expliquant les fonctions du mécanisme, qui commencent à partir de la phase précédant la pratique de la torture en mobilisant et en sensibilisant sur les lois nationales et internationales pénalisant cette pratique.

Il a ajouté que le mécanisme intervient après la pratique de la torture en donnant les recommandations nécessaires pour secourir les victimes et en infligeant des peines appropriées aux tortionnaires.

De son côté, le président de la région du Gorgol, M. Amadou Abou Ba, a salué les objectifs de cet atelier et son importance pour protéger la dignité humaine et préserver ses droits dans le cadre de l’État de droit et des institutions, tout en informant les partenaires du Mécanisme dans le domaine judiciaire, la sécurité et la société civile de son rôle de pionnier dans la mise en œuvre des lois qui pénalisent les pratiques contraires aux droits de l’homme.

Pour sa part, le maire de de Kaédi, M. Tahara Baradji, a exprimé son espoir de voir l’atelier contribuer à une définition globale des missions du Mécanisme et de son rôle humanitaire en améliorant l’accès au droit et en révélant les méthodes contraires aux droits de l’homme pendant les stades de l’enquête ou lors de la restriction de sa liberté et de sa suppression avec une coopération fructueuse entre les secteurs concernés.

Les travaux de l’atelier se sont déroulés en présence du hakem de Kaédi, M. Mohamed Salem Ould Sallahi, et des représentants des autorités sécuritaires de la wilaya. ami