Irak: Arrestation d’un suspect dans la diffusion de la vidéo du supplice de Saddam et des exécutions programmées, jeudi   
03/01/2007

La polémique enfle après la diffusion d’images de  l’exécution de Saddam Hussein samedi. Un des procureurs présent lors de la pendaison de l’ancien président irakien a démenti mercredi avoir accusé un conseiller à la sécurité nationale d’avoir filmé la  scène, tandis que l’entourage du Premier ministre annonçait  l’arrestation d’un suspect. "Le gouvernement a arrêté il y a quelques heures la personne qui  a réalisé la vidéo de l’exécution de Saddam.



C’est un responsable  qui a supervisé l’exécution et fait désormais l’objet d’une  enquête"", a déclaré un conseiller de Nouri al-Maliki, qui a requis l’anonymat et n’a pas livré l’identité du suspect.  "Je n’accuse pas Mouaffak al-Roubaïe (le conseiller à la sécurité nationale), et je ne l’ai pas vu prendre de photos"", a déclaré à l’Associated Press Munqith al-Faroun, procureur irakien ayant jugé Saddam Hussein pour génocide, et membre du groupe ayant assisté à l’exécution.  "Mais j’ai vu deux responsables du gouvernement, qui étaient  (...) présents pendant l’exécution, utiliser les lumières présentes  pour l’enregistrement officiel de la pendaison et filmer la scène avec leur téléphone portable"", a déclaré au téléphone Munqith  al-Faroun. ""Je ne connais pas leur nom mais je me souviens de leur  visage."" Il a précisé que les deux hommes avaient pris ouvertement des  photos et vidéos qui sont vraisemblablement celles diffusées sur la  chaîne panarabe par satellite Al-Jazira, et sur Internet peu après  l’exécution de l’ancien raïs.
Dans le "New York Times" de mercredi, M. Al-Faroun a déclaré que  "l’un des deux hommes tenant en l’air un téléphone équipé d’une  camera afin de prendre une vidéo des derniers moments de Saddam  Hussein était Mouaffak al-Roubaïe, le conseiller à la sécurité nationale du Premier ministre Nouri al-Maliki"".
Selon Munqith al-Faroun, 14 responsables irakiens, dont un autre  procureur et lui-même ainsi que trois bourreaux étaient présents.  Tous les responsables ont été amenés par un hélicoptère américain  sur le site d’un ancien complexe de renseignement militaire, où Saddam Hussein a été exécuté.  M. Faroun pense que les téléphones qui avaient été confisqués avant le vol ont pu être passés aux deux responsables par leurs  garde du corps arrivés sur les lieux en voiture.
Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a annoncé mardi  l’ouverture d’une enquête sur la manière dont s’est déroulée  l’exécution de Saddam Hussein, et pour déterminer qui a filmé en vidéo et diffusé l’enregistrement de cette pendaison lors de  laquelle le supplicié a été insulté.

Barzan Ibrahim et  Aouad Hamed al-Bandar seront exécutés jeudi

Les deux co-accusés de Saddam Hussein devraient  être exécutés par pendaison jeudi. Les préparatifs ont commencé.
La télévision satellitaire Al-Arabiya et la télévision Al-Furat,  dirigée par la principale organisation politique chiite, ont  également fait part de la prochaine exécution du demi-frère de  Saddam Hussein, Barzan Ibrahim, ancien chef des renseignements, et  Aouad Hamed al-Bandar, ancien président de la Cour révolutionnaire.
Le lieu et l’heure des exécutions n’ont pas été fixés, selon ce  responsable du gouvernement, qui s’exprimait sous condition  d’anonymat. Les deux hommes devaient être pendus samedi avec Saddam  Hussein.
Selon ce responsable irakien, les derniers détails doivent être  réglés avec l’armée américaine qui est chargée d’emmener les suppliciés vers le site d’exécution.

Selon le Général Galdwell : Saddam était «digne comme toujours»

 L’armée américaine n’a pris aucune part à la pendaison samedi à Bagdad de l’ancien président irakien Saddam Hussein et aurait procédé à l’exécution "autrement", a déclaré mercredi le porte-parole du contingent américain en Irak  le général William Caldwell. Saddam Hussein était "sous contrôle physique" des militaires américains jusqu’à ce qu’il soit remis aux autorités irakiennes, quelques minutes avant l’exécution, et tous les personnels américains avaient quitté la salle prévue à cet effet, a affirmé le général Caldwell au cours d’une conférence de presse. "L’Irak est un pays souverain. C’était sa décision et sa responsabilité de décider de la manière dont devaient être organisées les choses", a-t-il assuré.
"Si vous me demandez si nous aurions fait les choses différemment, oui nous aurions fait autrement. Mais cela n’était pas de notre ressort, c’était une décision du gouvernement irakien", a commenté le général Caldwell.
Tournée avec un téléphone portable, une vidéo pirate de l’exécution a été diffusée dès dimanche sur internet, révélant que des témoins ont scandé le nom du chef radical chiite Moqtada Sadr, tandis que d’autres ont insulté l’ancien président.
Une enquête a été lancée par le Premier ministre Nouri al-Maliki pour déterminer l’auteur de cette vidéo, alors que seuls deux témoins, des hauts responsables du gouvernement, disposaient de téléphone portable parmi la vingtaine de personnes présentes. "Saddam Hussein a quitté son lieu de détention vers 05H05 (02H05 GMT). Nous avons suivi les procédures habituelles, logistiques et sécuritaires, pour ses déplacements, avec notre détachement de police militaire et les autres personnels appropriés", a expliqué le porte-parole américain. Saddam a été remis physiquement aux autorités irakiennes vers 05H30 (02H30 GMT) dans une cellule d’un bâtiment de la prison d’As Baratha, où a eu lieu l’exécution, a-t-il précisé.
"Nous l’avons amené à la prison d’As Baratha (...) Nous avons signé les papiers nécessaires. A partir de ce moment, nous n’avions plus rien à voir avec ce qui allait suivre", a affirmé le général Caldwell.
"Je suis entré personnellement en contact avec des Américains qui étaient présents à ce moment. Ils m’ont indiqué qu’il (Saddam Hussein) était digne, comme toujours. Il était courtois et l’a toujours été avec les membres de la police militaire", a-t-il raconté. Le condamné à mort "a dit adieu à son interprète. Il a remercié ses gardes américains (...). Il a remercié le médecin qui a voyagé avec lui dans l’hélicoptère et le colonel qui était présent. Ensuite, nous n’avons plus rien eu à voir avec les procédures et les mécanismes de contrôle mis en oeuvre à partir de ce moment là". "Les forces américaines se sont alors retirés du bâtiment", selon le général Caldwell.
(avec Agences)


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rdaction de Tahalil vous demande d'viter tout abus de langage en vue de maintenir le srieux et de garantir la crdibilit de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne refltent pas ncessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurs.

TAHALIL 2006-2022 Tous droits reservs