Les rumeurs alarmistes et malsaines : jusqu’où et jusqu’à quand?   
15/10/2014

Dans un Etat où les libertés démocratiques et publiques sont garanties à quoi sert la rumeur ? N’avons-nous pas des radios, des télévisions, des journaux et des sites indépendants ? Les citoyens ne s’expriment-ils pas librement  dans la rue, dans les marchés, à l’Université et partout ?



 Pourquoi faut-il recourir aux ragots ? Le plus souvent des rumeurs malsaines voire assassines. N’est-ce pas condamnable et dangereux dans un pays où la pudeur est au moins, une valeur et une vertu qu l’on ne peut ignorer ? Il y a n’a toujours par le passé et surtout dans des grandes villes comme Nouakchott : des histoires rocambolesques sur de présumés soins magiques ou même des personnes anonymes dans des quartiers populaires si ce ne sont pas des animaux domestiques qui se sont transformés en ceci ou en cela.

C’est toujours la ruée vers ces lieux, curiosité oblige. Mais entretenir et alimenter la rumeur, a dessein, a des fins inavouées pour intoxiquer l’opinion : voila qui n’est pas normal ni sérieux. De surcroît, quand cela touche l’Etat, son fonctionnement et ses symboles, cela devient ultra sensible et inhabituel chez nous. Dans un Etat organisé chaque personne a droit à sa vie privée, la santé et un tas des choses personnelles relèvent de cette sphère là. Au fait, s’il y a quelque chose d’a la fois précieux et relatif c’est bien la santé. Chacun doit souhaiter qu’elle soit bonne pour l’autre quel qu’il soit, jeune ou vieux, proche ou lointain, voisin ou collègue de travail.

Il est particulièrement grave de parler de ces choses comme d’autres comme si c’est quelque chose qui doit être l’objet de déballage ou de commérages. Chacun doit se respecter sur ce plan et penser à sa propre santé ainsi qu’à celle des siens tout en étant de bonne foi et sans rancune.
C’est le minimum pour tout humain et pour tout musulman croyant et pratiquant. Il faut s’intéresser à ce qui réunit et intéresse les citoyens et éviter de jouer au jeu des rumeurs et des pseudos informations, car, elles finissent malheureusement par être véhiculées et colportées par des citoyens de façon involontaire et inconsciente.

Il est particulièrement dangereux que des medias puissent prêter un seul instant une oreille attentive à de telles dérives verbales ou accorder un quelconque crédit à ces inepties et insanités. Il est du devoir de l’élite intellectuelle et de la classe politique- qui ne sont pas toutes impliquées dans ce jeu là – de s’éloigner d’un certain discours  fait d’inexactitude et de légèreté. Il ne mène tout simplement à rien, et n’est dans l’intérêt de personne.



Dahmane Ould Beyrouk


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rdaction de Tahalil vous demande d'viter tout abus de langage en vue de maintenir le srieux et de garantir la crdibilit de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne refltent pas ncessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurs.

TAHALIL 2006-2022 Tous droits reservs