Journée mondiale des réfugies: rappelons-nous des besoins des populations déplacées a travers le monde   
21/06/2013

PAM Déclaration

ROME – Depuis plus de deux ans, le monde a vu des millions de syriens quitter leur maison, fuyant les violences en quête d’un refuge. De nombreuses familles ont été obligées de se déplacer, voire plus d’une fois, emportant seulement ce qu’elles pouvaient transporter.



  Les besoins des Syriens touchés par le conflit sont énormes, cela dépasse même l’entendement : d’ici la fin de l’année, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) vise à fournir une assistance alimentaire à sept millions de personnes, dont la plupart sont, soit des personnes déplacées au sein de leur pays, soit des Syriens réfugiés dans les pays voisins.

Les Syriens ne sont pas les seuls à ressentir le drame du déplacement, que ce soit dans leur propre pays ou après avoir franchi une frontière.  Chaque jour, je travaille avec des collègues sur le terrain, dont certains dans les  endroits les plus reculés et les plus dangereux au monde.  Ils me rappellent, comme nous le rappelle la Journée Mondiale des Réfugiés, que chaque femme, homme et enfant qui a laissé derrière lui sa maison, sa famille, son emploi, et sa vie, pour chercher la sécurité, mérite notre attention et, qui plus est, notre assistance.

L’année dernière, j’ai parlé à une malienne qui recevait des vivres du PAM dans le camp de réfugiés de Menghaize, au Niger. Elle avait fui le Mali avec ses enfants  sous les tirs, elle m’a dit que sa maison lui manquait, mais qu’au moins ses enfants et elle étaient en sécurité. Au Rwanda, des réfugiés de la République Démocratique du Congo (RDC) ont renoncé à tout pour échapper aux affrontements continus. Au Bangladesh, les réfugiés Rohingyas venus de Birmanie cherchent refuge pour échapper à la violence communautaire. L’Equateur accueille le plus grand nombre de réfugiés dans l’hémisphère occidental, et de nombreux autres arrivent de Colombie chaque mois. Le Kenya continue d’accueillir de larges populations de Somaliens. Et toutes ces personnes ne sont toujours pas en mesure de rentrer chez elles.

En 2012, le PAM a fourni une assistance alimentaire à près de 10 millions de personnes forcées à se déplacer - des réfugiés, des personnes déplacées au sein de leur pays ainsi que ceux qui ont eu la chance de pouvoir retourner chez eux. Cette nourriture, et les secours apportés par nos partenaires, offrent une sécurité à des vies qui resteraient autrement incertaines.

Nous devons en tant que communauté internationale, continuer à plaider en faveur des personnes déplacées partout dans le monde. Qu’ils fuient les conflits, les catastrophes naturelles ou la faim, ils doivent être l’une de nos priorités.

Par Ertharin Cousin, Directrice exécutive du PAM
19  juin 2013


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rdaction de Tahalil vous demande d'viter tout abus de langage en vue de maintenir le srieux et de garantir la crdibilit de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne refltent pas ncessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurs.

TAHALIL 2006-2022 Tous droits reservs