Communiqué de la CGTM sur la grève des travailleurs de Mauritrac   
22/02/2012

Les travailleurs de Mauritrac, société de sous-traitance à Tasiast ont entamé une grève ouverte très tôt le matin après l’expiration du délai de leur préavis de grève déposé depuis le 02 février, pour protester contre le refus de la société de satisfaire...



....tous les points inscrits dans leur plateforme de revendications.

Ces points concernent notamment l’amélioration des conditions de vie et d’hygiène des travailleurs dans le camp ; l’application du décret relatif à la récente augmentation de salaire entrée en vigueur depuis le 01 septembre 2011 et sa généralisation. Les travailleurs réclament également à leur direction de leur accorder les mêmes conditions salariales et avantages que les agents de Kinross car tous effectuent les mêmes tâches.

Autres revendications formulées par les travailleurs de ladite société, l’octroi de la prime de production dont ils participent pleinement ainsi que le treizième mois. Ils ont aussi revendiqué une prise en charge médicale pour tous les travailleurs et leurs familles ainsi que celle de l’ITS. Les travailleurs ont demandé la levée d’une injustice qui touche l’un de leur collègue.

Ce dernier a été recruté au mois d’avril dernier comme assistant magasinier pour une période de 3 mois avec un salaire de 104 000. A la fin de cette période d’essaie, la société a fini par le recruter avec un salaire de 124.000UM en lui soutirant 11.000UM à chaque fin du mois sans aucune justification.

En fait, la société a invoqué comme motif le salaire jugé "exorbitant" que percevait ce travailleur durant sa période d’essaie, raison pour laquelle elle dit avoir été contrainte d’opérer une retenue illégalement sur son salaire. C’est ainsi qu’ils ont exigé le rétablissement du salaire initial du travailleur.

Par ailleurs, ils ont demandé également la révision de la classification catégorielle car la société continue de les traiter comme des agents commerciaux or ces travailleurs évoluent dans le domaine minier. Enfin, ils exigent le remboursement sans condition d’un montant 7000UM soutiré par la société de leur salaire sans préciser la destination.

A noter que cette grève a été suspendue suite à l’intervention de l’inspecteur du travail du ressort qui a demandé à la société d’appliquer immédiatement les points de droit et de soumettre les autres à l’étude en vue de leur prise en compte dans les meilleurs délais. C’est ainsi que les travailleurs ont suspendu leur mouvement mais ont promis de renouer avec la contestation dans le cas où la société manquerait une fois de plus à ses engagements.

Rappelons que les travailleurs de cette société, se plaignent constamment d’une dégradation totale de leurs conditions socioprofessionnelles en raison du non-respect par la direction de la société des lois et règlements régissant les relations professionnelles en vigueur dans le pays. Cette société exploite abusivement et illégalement ses travailleurs qui se retrouvent ainsi contraints de subir cette injustice pour échapper au spectre du chômage qui atteint des proportions records dans le pays.

Massiré Diop

Chargé de presse et communication
Confédération Générale des Travailleurs de Mauritanie
BP: 6164 Nouakchott
Tél.: +2225258057; Fax: +2225256024 Portable: 695 85 05


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rdaction de Tahalil vous demande d'viter tout abus de langage en vue de maintenir le srieux et de garantir la crdibilit de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne refltent pas ncessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurs.

TAHALIL 2006-2022 Tous droits reservs