Au cœur du Sahel, l'État islamique s'étend, les massacres se succèdent   
18/06/2022

Les djihadistes affiliés à l’État islamique au Sahel, naguère donnés pour diminués, ont étendu ces derniers mois leur champ d’action au Sahel, signant leur présence par une série sans précédent de massacres de civils.



Le groupe État islamique au Grand Sahara (EIGS) paraissait affaibli il y a encore six mois après la perte de plusieurs de ses chefs, à commencer par son fondateur marocain Adnan Abou Walid Al-Sahraoui, tué en août 2021 au Mali par une frappe de Barkhane, la force anti-djihadiste française au Sahel.

Face à une multiplication des attaques djihadistes et une contestation grandissante contre la présence française, la France, engagée militairement depuis 2013, avait désigné en janvier 2020 l’EIGS comme la cible prioritaire pour elle et ses alliés dans l’immense zone reculée et aride dite des trois frontières, entre Mali, Burkina Faso et Niger.

En février 2021, le président Emmanuel Macron déclarait que l’EIGS "avait perdu son emprise et (subissait) de nombreuses pertes". Les groupes combattant sous la bannière rivale d’Al-Qaïda passaient pour avoir pris l’ascendant sur l’EIGS par les armes, au moins au Mali.

Mais "au moment où on pensait être venu à bout des terroristes, ils se réorganisaient", remarque Souley Oumarou, de l’ONG Forum pour une citoyenneté responsable (FCR), qui a été conseiller de l’ancien président nigérien Mahamoudou Issoufou.

"En dépit de l’élimination ou l’arrestation des principaux chefs de l’organisation (EIGS), les cadres intermédiaires sont souvent restés en place et la dynamique de recrutement ne s’est pas enrayée", estime Mathieu Pellerin, chercheur français spécialiste de la région.

A défaut de revendication systématique de la part de l’EIGS, des actions lui sont attribuées là où il opérait moins auparavant, par exemple le nord et l’est de Ménaka ou la zone de Talatay, au Mali.

"Du Gourma malien à la frontière Mali-Niger en passant par l’Oudalan (nord du Burkina Faso), ils sont là et s’étendent", résume un élu local malien s’exprimant sous couvert d’anonymat pour des raisons de sécurité. "Plus le groupe opère sur un territoire restreint, plus il s’expose, sa survie passe donc par son expansion", souligne Mathieu Pellerin.

Au cours du seul mois de juin, la marque de l’EIGS a été décelée à des centaines de kilomètres de distance à Anderamboukane (Mali, frontière avec le Niger) dans des combats contre les soldats maliens et des groupes armés pro-gouvernementaux ; les 11 et 12 juin à Seytanga (nord du Burkina Faso) où le massacre de 86 civils, non revendiqué, porte la signature de l’EIGS ; ou encore mi-juin à Tessit (Mali) dans des affrontements rapportés par des sources locales avec Al-Qaïda.

"Oui, le groupe a la capacité d’opérer sur ces trois fronts simultanément", assure MathieuPellerin. Depuis 2021, le paysage stratégique a changé. Les Français et leurs alliés ne sont plus à la pointe du combat au Mali au côté de l’armée nationale. Les colonels au pouvoir à Bamako les ont poussés dehors et fait appel aux Russes. Les Français sont en passe de quitter leur dernière base au Mali et de "réarticuler" leur dispositif.

Sources additionnelles • AFP

africanews


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rdaction de Tahalil vous demande d'viter tout abus de langage en vue de maintenir le srieux et de garantir la crdibilit de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne refltent pas ncessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurs.

TAHALIL 2006-2022 Tous droits reservs