Lancement à Nouakchott des activités du projet de vulgarisation du mécanisme de plaintes   
15/06/2022

La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) a lancé, mardi à Nouakchott, les activités du projet de vulgarisation du mécanisme de plaintes. Ce projet, financé par l’Union Européenne, cible les deux Hodhs, le Brakna, le Guidimagha, l’Adrar, et le Tiris-Zemmour.



 Les travaux de la journée ont été marqués par la présentation du projet vulgarisation du mécanismes de plaintes, du mécanisme de la plainte et les instruments juridiques nationaux et internationaux de promotion et de protection des droits de l’Homme.

Dans son mot d’ouverture, le président de la CNDH, M. Ahmed Salem Ould Bouhoubeyni a déclaré que son organisation apporte quotidiennement des solutions aux doléances des citoyens avec l’aide des autorités dont il apprécie leur entière collaboration.

Il a précisé que la mission de conseiller de la commission est incarnée par les solutions qu’elle apporte aux plaintes des citoyens auprès de divers secteurs gouvernementaux et services publics dans tous les domaines, citant à titre d’exemple, le foncier, l’état civil, les conflits familiaux et les droits des prisonniers.

Parlant des activités de la CNDH, M. Ahmed Salem Ould Bouhoubeyni a noté que la Commission a traité, au cours des deux précédentes années, 165 cas dont 82 au cours de l’année 2022 tout comme elle a renforcé les compétences de son personnel et ceux de l’équipe chargée de traiter les plaintes.

Le président de la CNDH a remercié l’Union Européenne pour son soutien à la commission et pour la confiance qu’elle lui accorde dans sa mission d’institution constitutionnelle indépendante soucieuse de la promotion et de la protection des droits de l’Homme.

De son côté, l’ambassadeur chef de délégation de l’Union Européenne en Mauritanie, SEM. Johns Guillem a indiqué que l’action vulgarisation du mécanisme de plaintes permettra de mettre au niveau des wilayas concernées des points focaux qui auront la charge de collecter les plaintes pour les remonter au niveau central pour leur traitement. Il a précisé que le projet vient compléter les nombreuses actions de sensibilisation sur d’autres thématiques telle que la vulgarisation de la législation nationale contre l’esclavage, l’accès à l’état civil et les droits des détenus, entre autres.

La cérémonie s’est déroulée en présence du président du mécanisme national de prévention de la torture, du représentant résident du PNUD, du représentant du bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme et du président du réseau de la société civile.
AMI



Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rdaction de Tahalil vous demande d'viter tout abus de langage en vue de maintenir le srieux et de garantir la crdibilit de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne refltent pas ncessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurs.

TAHALIL 2006-2022 Tous droits reservs