Démarrage à Djeddah des travaux de la quatrième conférence de l'OCI   
06/06/2022

Les travaux de la quatrième conférence de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) sur la médiation "Expériences et perspectives", accueillie par le ministère saoudien des Affaires étrangères en coopération avec le



Secrétariat général de l’Organisation, ont débuté les 5 et 6 juin, à Djeddah.

Dans son discours d’ouverture, le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères Walid bin Abdul Karim Al-Khuraiji a déclaré que la quatrième conférence de médiation de l’Organisation de la coopération islamique intervient à un moment plein d’événements qui ravagent le monde entier et affectent la paix et la stabilité internationales, alors que le Royaume d’Arabie saoudite estime que la stabilité, la paix et la sécurité sont le noyau du progrès du développement et de la prospérité des peuples.

Al-Khuraiji a expliqué que cette conférence se présente comme "une extension des conférences précédentes tenues en République de Turquie, dans une tentative d’établir des règles et une approche pour le rôle espéré dans le domaine de la médiation sous l’égide de l’Organisation des Coopération islamique."

Al-Khuraiji a souligné que "les problèmes complexes et urgents au sein du monde islamique et d’autres pays du monde ont un besoin urgent, à la lumière des circonstances délicates que traverse le monde aujourd’hui, pour une solution efficace et des moyens plus efficaces, en adoptant plusieurs méthodes, y compris la nécessité de combiner les efforts de l’organisation avec les partenaires régionaux et internationaux pour trouver les meilleures solutions à cet égard sont afin de répondre à tous ces défis et risques en investissant dans l’approche de la diplomatie préventive visant à prévenir l’émergence de conflits entre les différentes parties, faire face à leur escalade, arrêter leur propagation par le dialogue et les négociations et faire de bons offices pour réconcilier les parties en conflit.

Al-Khuraiji a souligné que l’Arabie saoudite « repose, depuis sa création, en tant que pays pivot, sur des piliers fondamentaux, dont le plus important est de contribuer à la réalisation de la paix et de la sécurité internationales et de s’efforcer de résoudre les différends par des moyens pacifiques. Par tous les moyens et par divers moyens, y compris en activant le rôle de la diplomatie humanitaire.

Il a souligné que le Royaume, sous les directives généreuses du Serviteur des Deux Saintes Mosquées, le Roi Salman bin Abdulaziz, et avec le suivi inlassable du Prince héritier Mohammed bin Salman, s’est attaché à fournir un soutien et une assistance, que ce soit à travers le King Salman Center for Relief and Humanitarian Action ou par le biais du Fonds saoudien pour le développement, afin que le Royaume devienne l’un des premiers pays donateurs.

Au début de son allocution, le Secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique, Hussein Ibrahim Taha, a remercié le Royaume d’Arabie saoudite d’avoir accueilli la quatrième Conférence de l’Organisation de la coopération islamique sur la médiation, louant tous les efforts déployés par le Royaume en tant que pays siège de l’Organisation de la coopération islamique et président de la quatorzième session du Sommet islamique.

Taha a souligné que la question de la médiation est d’une grande importance pour l’organisation, car la quatrième session de la Conférence de médiation se tient à un moment critique et à un moment où le monde a un besoin urgent de médiation, de dialogue et de négociations pour résoudre les conflits.

Le Secrétaire général a expliqué que la Charte de l’Organisation de la coopération islamique exige des États membres qu’ils adoptent des moyens pacifiques de règlement des différends par les bons offices, la négociation, l’enquête, la médiation, la conciliation, l’arbitrage, le règlement judiciaire ou tout autre moyen pacifique.

Le Secrétaire général a souligné que l’Organisation de la coopération islamique accorde une attention particulière à la médiation, car environ 60 % de tous les conflits dans le monde relèvent de la géographie de l’organisation, notant qu’en raison de ces conflits, les peuples ont été exposés à de nombreuses expériences amères et le développement global dans ces pays a décliné. Par conséquent, les membres de l’organisation sont fermement résolus à résoudre pacifiquement et durablement les différends en suspens.

Dans son discours, le Secrétaire général a passé en revue les nombreux succès remportés par l’Organisation de la coopération islamique dans le domaine de la médiation dans divers conflits, notamment la médiation des conflits dans le sud des Philippines, le sud de la Thaïlande, le Soudan, le Tchad et l’Afghanistan.

L’organisation a joué un rôle en soutenant les efforts internationaux visant à établir la paix et la sécurité et à rétablir l’état de droit en Somalie et en Guinée, et une tentative de mettre fin aux tensions sectaires en Irak en 2006.

À son tour, le Représentant permanent de la République de Turquie auprès de l’Organisation de la coopération islamique, l’Ambassadeur Mehmet Metin Eker, a félicité l’Arabie saoudite et l’Organisation de la coopération islamique pour l’organisation de cette conférence opportune.

L’ambassadeur Ecker a déclaré que la prévention, la résolution et la médiation des conflits sont devenues encore plus importantes compte tenu des développements géopolitiques récents et du nombre croissant de conflits.

Il a ajouté que si la fréquence des conflits augmentait, leur nature se développait également rapidement, et pour cette raison, l’Organisation de la coopération islamique et ses États membres devraient se concentrer davantage sur la résolution pacifique des différends.

Il a souligné que la Turquie s’est concentrée sur l’Organisation de la coopération islamique en accueillant les trois premières sessions de la Conférence de médiation, car elle croit aux capacités de l’organisation en tant que deuxième plus grande organisation internationale et voix unificatrice du monde islamique, soulignant que cette conférence sera certainement une plate-forme importante pour assurer le suivi de l’important travail qui a été accompli jusqu’à présent.

Pour sa part, Kumba Jo, Conseillère d’État principale auprès du Ministère de la justice de la Gambie, a déclaré lors de son discours au nom du Groupe africain de l’OCI : La Conférence de médiation est une plateforme innovante pour partager nos diverses expériences afin de consolider la paix et la sécurité pour le monde islamique.

Elle a souligné que la médiation est un mécanisme puissant qui doit être encouragé et utilisé pour prévenir l’escalade des tensions susceptibles de conduire à de graves conflits, soulignant la nécessité de renforcer les capacités de la diplomatie préventive pour prévenir les coûts élevés des conflits sur la vie et les biens et retarder nos aspirations de développement.

Dans son discours sur le groupe asiatique, le Représentant permanent de la République islamique du Pakistan auprès de l’Organisation de la coopération islamique, Saeed Rizwan Sheikh, a déclaré que la conférence de médiation se tenait à un moment où le monde islamique est confronté à un certain nombre de conflits, qu’ils soient des conflits internes, des conflits liés à l’occupation, comme c’est le cas en Palestine, ou des conflits liés aux problèmes rencontrés par les minorités musulmanes.

Il a souligné que cette conférence s’inscrit dans le cadre de l’activation des rôles de l’organisation dans la médiation et la résolution des conflits, soulignant la nécessité pour l’organisation de jouer un rôle dans ce domaine, et de disposer de ses propres structures pour traiter et résoudre les conflits.

Dans son discours sur le Groupe arabe au sein de l’Organisation de la coopération islamique, l’ambassadeur de Djibouti en Arabie saoudite, le représentant permanent auprès de l’Organisation de la coopération islamique, Diaa El-Din Bamakhrama, a souligné que la conférence se tenait dans des circonstances délicates et sensibles dans lesquelles les conflits et les différends se poursuivent et de grands défis à la paix et à la sécurité mondiales se manifestent.

Il a souligné que la conférence sera l’incarnation d’un consensus sur des lignes larges et claires pour renforcer la capacité de médiation de l’Organisation de la coopération islamique, soulignant qu’elle discutera à cet égard des moyens innovants pour définir de nouveaux rôles pour que l’organisation participe aux efforts de médiation.

Il convient de noter que la séance d’ouverture a également vu la projection d’une vidéo sur les efforts du Royaume d’Arabie saoudite en matière de médiation.
AMI



Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rdaction de Tahalil vous demande d'viter tout abus de langage en vue de maintenir le srieux et de garantir la crdibilit de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne refltent pas ncessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurs.

TAHALIL 2006-2022 Tous droits reservs