Marrakech: La Mauritanie dispose désormais d’une expérience dans le dialogue doctrinal pour déconstruire les thèses de la mouvance terroriste (Ministre des Affaires étrangères)   
11/05/2022

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur, Monsieur Mohamed Salem Ould Merzoug, a pris part, mercredi à Marrakech, aux travaux de la réunion ministérielle de la Coalition mondiale



contre Daech avec la participation des représentants de plus de 80 pays et organisations internationales.

La réunion est organisée à l’invitation conjointe du ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger, Nasser Bourita, et du Secrétaire d’État américain, Antony Blinken.

Dans son discours pour l’occasion, le ministre a souligné que la Mauritanie a adopté une Stratégie Sécuritaire multiforme, appuyée sur un dispositif de défense et de sécurité installé tout au long de ses frontières.

Sur le plan idéologique, le ministre a noté la Mauritanie dispose désormais d’une expérience dans le dialogue doctrinal visant à déconstruire, méthodiquement, les thèses invoquées par la mouvance terroriste pour justifier leurs actions criminelles.

Voici le discours intégral du ministre des Affaires étrangères:

«- Excellence Monsieur Nasser Bourita ministre des affaires étrangères de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’Étranger,

- Excellence Monsieur Antony Blinken, Secrétaire d’État des États-Unis,

- Excellences Mesdames, Messieurs les Représentants du Corps diplomatique et des Organisations Internationales

- Honorable assistance

- Mesdames, Messieurs

Je voudrais, de prime abord, adresser mes chaleureuses salutations aux participants à cette conférence et exprimer, par la même occasion, mes vifs remerciements à notre frère et Ami Son Excellence Monsieur Nasser Bourita et, à travers lui, au gouvernement du Royaume frère du Maroc, pour la chaleur de l’accueil et l’hospitalité qui nous ont été réservés.

Je remercie également Son Excellence Monsieur Antony Blinken pour l’aimable invitation qui m’a été adressée et l’opportunité qui m’est ainsi offerte de m’adresser à cette honorable assemblée.

Excellences Mesdames, Messieurs

Les trois décennies écoulées ont vu se répandre partout la menace terroriste, dans ses expressions les plus violentes, devenant l’un des plus grands défis auxquels nous sommes tous confrontés.

A l’instar de plusieurs pays, la République islamique de Mauritanie a été frappée, dans un passé relativement récent, par des actions de groupes terroristes sur son propre territoire. Face à cette menace, notre pays a vite pris conscience du danger que représentaient pour sa sécurité ces groupes terroristes, en particulier le plus virulent parmi eux : DAESH.

En effet, l’apparition des groupuscules armés qui ont semé la terreur au Maghreb puis au Sahel dans les décennies 90 et 2000 nous avait conduit à placer la lutte antiterroriste au cœur de nos priorités.

Il apparaît évident aujourd’hui que la nébuleuse terroriste, composée des groupuscules qui s’en réclament, continue sa mutation, notamment sous le label DAESH, et que ses actions continuent d’être un défi partagé sur le plan international. C’est dans cet esprit que la lutte commune, menée dans le cadre de la coalition internationale anti DAESH, trouve amplement sa justification. Je voudrai à cet égard dire ici que mon pays partage les objectifs de cette coalition qui visent à instaurer la paix, la sécurité et la quiétude partout où subsistent des foyers de violence et ou s’expriment des menaces sur la paix et la sécurité.

Face au danger terroriste et à cette menace transnationale, la Mauritanie a adopté une Stratégie Sécuritaire multiforme, appuyée sur un dispositif de défense et de sécurité installé tout au long de ses frontières.

Il convient de souligner que c’est grâce à ce dispositif qui a fait ses preuves, que nos forces armées et de sécurité ont pu ainsi imposer une inviolabilité de notre territoire face aux bandes armées.

Dans cette optique, notre armée modernisée a efficacement utilisé le renseignement, placé en première ligne de défense anti-terroriste.

De même, pour une meilleure synergie d’action, ce traitement sécuritaire a été opéré sur la base d’une nouvelle doctrine d’emploi des forces armées et de sécurité. Une doctrine mettant en avant la mobilité et l’agilité pour mieux faire face à cette menace asymétrique.

Ce traitement sécuritaire a été combiné avec une approche politique visant la consolidation de l’État de Droit, par l’instauration d’un système d’identification biométrique performant et fiable et par l’adhésion consciente et active des citoyens en tant que condition nécessaire pour l’éradication du terrorisme.

Dans l’objectif du contrôle du territoire, de nouvelles circonscriptions administratives ont été créés dans les confins du pays afin d’aider à l’occupation du territoire et à la réduction de zones inhabitées propices aux activités malveillantes des groupes terroristes.

Nous avons, en outre, procédé au plan judiciaire à une organisation des procédures juridiques en mettant en place un arsenal répressif basé sur la proportionnalité des sanctions par rapport au crime terroriste.

Mais tout en renforçant le dispositif juridique de la lutte contre le terrorisme, notre pays a adopté un traitement dialectique qui consiste à porter, méthodiquement, la contradiction aux arguments invoqués par les courants extrémistes.

Sur ce plan, la Mauritanie dispose désormais d’une expérience dans le dialogue doctrinal visant à déconstruire, méthodiquement, les thèses invoquées par la mouvance terroriste pour justifier leurs actions criminelles.

Cette dimension tout à fait originale de la lutte contre l’extrémisme violent, lequel fait le lit du terrorisme, continue jusqu’à nos jours de susciter l’intérêt des spécialistes et des experts.

En effet, les débats théologiques consécutifs à cette démarche dialectique, qui font l’objet d’une remarquable médiatisation, contribuent à une meilleure prise de conscience, au niveau de l’opinion publique, du caractère fallacieux des arguments des terroristes.

En outre, ce débat doctrinal qui porte sur des sujets controversés tels que l’intolérance religieuse et le non-respect du droit étatique etc, est désormais vulgarisé par des séminaires et des colloques animés par des illustres savants mauritaniens.

Outre la vulgarisation de cette pédagogie de la paix et de la tolérance fondée sur Les enseignements de l’islam authentique, le gouvernement de notre pays accorde dans le cadre du programme du Président de la République, son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, une place de choix au traitement social par une politique visant à lutter contre l’ignorance, la pauvreté, le chômage et l’exclusion.

A cette fin, nous avons procédé, tout dernièrement dans la perspective du renforcement de l’État de droit, à la reconnaissance des associations de la société civile et dans le même registre, nous avons entrepris des actions visant à encourager la participation des jeunes et des femmes dans la vie publique en tenant compte de leur rôle dans la lutte contre l’extrémisme violent.

En termes de résultats, il est bien permis de dire que la Mauritanie a réussi grâce à un dispositif armé et sécuritaire efficace qui garantit l’inviolabilité de son territoire.

Il est, également, permis de constater, en termes de résultats, que l’approche mauritanienne dans la lutte contre le terrorisme et la sécurisation des frontières qui en découla avaient, considérablement, gêné sinon empêché les mouvements des groupes armés au Sahel en les privant de la possibilité de se déplacer dans le grand désert.

Au total, la mise en œuvre de la stratégie nationale de la lutte contre le terrorisme violent a permis de freiner la propagation de l’esprit DAESH à l’intérieur du pays.

Elle a aussi permis de poursuivre des dizaines de personnes soupçonnées d’appartenir à cette organisation terroriste, de faire la propagande à son profit, ou de tenter de la rejoindre à partir du territoire mauritanien.

Toutes ces actions qui sont considérées comme des faits criminels ont été réprimées, fermement, sur la base de loi relative au terrorisme avec lequel aucun compromis n’est possible.

Enfin notre pays poursuit activement la coopération sous régionale et internationale, notamment au sein du G5 Sahel, afin de promouvoir une mutualisation des efforts de lutte contre les groupes terroristes mais également d’organiser la mobilisation des financements et les soutiens au plan pour la sécurité et le développement du Sahel.

Je vous remercie».
AMI


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rdaction de Tahalil vous demande d'viter tout abus de langage en vue de maintenir le srieux et de garantir la crdibilit de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne refltent pas ncessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurs.

TAHALIL 2006-2022 Tous droits reservs