Lumières succinctes sur le guide non illustré d'un homme...   
19/12/2014

... qui ne comprend pas l’institution militaire
Un écrivain à la plume douce, du nom de Moustapha Ely, Professeur en quelque chose, s’en prend, de là où il se trouve, à l’armée de son pays. Il procède par une comparaison brutale, scindant son article en deux volets...



...dont le premier, au style plaisant, présente le militaire standard, caricaturé dans son accoutrement de léopard, son appendice (entendez fusil), ses épaulettes, son casque en fer et ses idées de simple automate.
Le second volet, raison d’être du premier, insulte de manière méthodique, un peu irrationnelle et en tantinet perfide, le valeureux militaire de la République Islamique de Mauritanie.

En lisant bien l’article, on peut sentir, à se brûler les narines,  des relents de populisme capiteux et percevoir, tout en filigrane, une ombre de mécontentement...une trace quelconque de subjectivité outrancière.
Je ne crois pas qu’un tel discours, construit sur une trame comique et tissé en langage de dérision,  doive convenir à un esprit aussi bien fait....à une plume aussi adroite.
Le militaire, en tant que concept guerrier, en tant que système de valeurs chevaleresques, ne suscite pas beaucoup de divergences...bien que chaque nation forme ses propres défenseurs, en se référant à sa fierté ancestrale....à sa témérité génique.....à son vouloir de survivre.
Je ne compte pas remettre en cause ce que l’auteur arrive à dire du militaire en général, bien que les définitions qu’il développe, sous des intitulés sarcastiques, ne seraient sans doute les bienvenues dans les casernes du monde et ne plairaient point à un militaire se disant honnête. Mais devrait-on lui chercher excuse, je crois, dans son éventuelle méconnaissance des corps d’armées et de ce que doit être, techniquement et moralement, leur rôle et leur vocation. 
Le militaire mauritanien ne ressemble en rien à ce qu’en dit la plume  de M. Moustapha....et j’entrevois, là aussi,  des emportements politisés, trahissant déjà, malgré l’effort d’objectivité, un faisceau de préjugés et une position de principe, érigée, le temps d’une colère importune, en postulats inadmissibles.
La Mauritanie n’est pas un pays riche! Elle n’est pas, non plus, j’y rejoins M. Moustapha, une fois n’est pas coutume, une puissance militaire. Mais elle demeure, dans toute la région, le pays qui fournit le plus grand effort pour mettre en place la meilleure armée. Et elle  y arrive, convenablement. Elle dispose d’un effectif guerrier imposant et se dote, au regard des défis sécuritaires et du grand pari de l’intégrité territoriale, d’un système de défense, acquis, si je puis dire, au prix de sacrifices budgétaires et d’investissements énormes, sagement consentis pour la paix de l’avenir.
Au-delà des sarcasmes et des dénigrements gratuits, j’aurais à dire que le militaire mauritanien embrasse, avec beaucoup de professionnalisme, une universelle mentalité guerrière et assume, sans regrets ni subversion, un statut dont il est fier.....et une profession qu’il sait exercer.
Par nature, ce que doit savoir M. Moustapha, une armée est un corps discret, construit autour de la discipline sévère, de la hiérarchie implacable, du véritable sens du devoir et d’une  perception, toute aiguë, du sacrifice continu. L’armée mauritanienne ne déroge pas à ces crédos.

Nos militaires ne sont pas moins choyés que nos instituteurs, que nos fonctionnaires, que nos cadres les plus compétents. Ils appartiennent, comme tous les citoyens, à une République souveraine, qu’ils servent en silence et avec dignité. Ils ne sont point des laissés-pour-compte et n’aspirent guère, comme le laisseraient penser les propos de M. Ely Moustapha, aux villas cossues et à la douce vie de l’ombre. Ils se sont donnés à une belle patrie qui se montre, autant qu’elle peut, reconnaissante et bienfaitrice.
Je ne crois pas qu’il soit utile de débattre au ras des pâquerettes pour justifier qu’un soldat sans grade doit percevoir une solde modeste et qu’un colonel chevronné doit toucher un pécule plus important. Autrement, je verserai dans une série de lapalissades toutes vaines et engagerai, sans besoin véritable, un débat sur des riens.
Je rappelle juste, pour qui veut l’entendre, que l’armée nationale est une institution sacrée qui recèle des hommes de valeur et qui constitue, que d’aucuns le veuillent ou pas,  la fierté du pays et de son peuple. Elle vient justement, il y a trois ans,  d’être remise à niveau, de recevoir les meilleurs équipements et de renouer, après des décennies de négligence, avec la considération et avec le prestige.
Je pense bien que chaque mauritanien, quel qu’en soit le bord politique, quelles qu’en soient les motivations intellectuelles, lui doit du respect sincère et ne peut, sous couvert de la défendre, se permettre de l’outrager....ou finir par en écorcher l’image.
D’ailleurs, dans tous les pays du monde, le bon sens citoyen constitue toujours une bride aux mauvaises curiosités et dissuade les beaux esprits de sombrer dans les questions délicates. La question militaire a toujours été un tabou honorable.
La grande muette, la nôtre, notre armée à nous,  reste l’emblème majeur de la patrie apaisée et chacun lui doit, au lieu des dissections malvenues, une confiance nécessaire et une reconnaissance manifeste.

Certes, comme toute institution sur terre, elle devrait avoir ses propres insuffisances. Mais je trouve qu’elles ne sauraient être abordées avec des assertions approximatives sur une page web et que, dans tous les cas, des hommes attentionnés, compétents et honorables, dépensent leur vie pour parfaire son image, préserver son  prestige, en essayant de la rendre, chaque jour qui passe, plus redoutable et plus dissuasive.

Faudra-t-il donc que tout le monde se rassure et que la critique jalouse, si tant est qu’on puisse l’appeler ainsi, se dote du sens de la mesure et se prémunisse, avant tout,  contre les sirènes  de l’impertinence.

Mohamed Mahmoud Ould Bah







Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rdaction de Tahalil vous demande d'viter tout abus de langage en vue de maintenir le srieux et de garantir la crdibilit de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne refltent pas ncessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurs.

TAHALIL 2006-2022 Tous droits reservs