logo-tahalil

Ministre du pétrole : Un seul fournisseur retenu pour approvisionner le marché national en produits pétroliers

L’Assemblée nationale a consacré sa séance plénière du jeudi tenue sous la présidence de M. Cheikh Ould Baya, Président de l’Assemblée, à entendre les réponses de M. Abdessalam Ould Mohamed Saleh, ministre du Pétrole, de l’Énergie et des Mines à la question orale du député Hamadi Khattari sur la rareté des produits pétroliers sur les marchés nationaux.

Pour présenter sa question, le député a dit que les chaînes d’approvisionnement connaissent des perturbations en raison de la pandémie de COVID-19 et des retombées de la guerre russo-ukrainienne, ce qui a entraîné une augmentation des prix et la rareté de certains produits, dont les hydrocarbures.

Le député a indiqué que des fluctuations ont été récemment constatées au niveau de la disponibilité des hydrocarbures sur le marché national ; un phénomène attribué par certains à l’inaction du fournisseur, affirmant qu’il bénéficiait de facilités autres que celles prévues en vertu des dispositions contractuelles, tandis que d’autres attribuaient ces fluctuations à d’autres facteurs de force majeure.

Il s’est demandé quelles mesures le département devrait prendre pour assurer l’approvisionnement du pays en produits pétroliers et a demandé des éclaircissements sur la question.

Dans sa réponse, le ministre a souligné qu’il est demandé à tous de prendre conscience de la gravité de la phase actuelle, affirmant que depuis le milieu des années 70, le monde connaît la plus grande crise de l’histoire : la hausse rapide et simultanée des prix du pétrole et de ses dérivés et la hausse rapide des aliments dans de nombreux pays.

La soi-disant « crise du coût de la vie » avait été un sujet de discussion dans de nombreux pays et à différents niveaux, soulignant que certains pays avaient connu des manifestations en raison de la hausse des prix et d’autres avaient vu les gouvernements changer, en particulier dans les pays développés.

Sur le plan de la responsabilité, il incombe aux leaders d’opinion de s’engager dans le processus de sensibilisation afin que les citoyens prennent conscience de la gravité de la phase et de ses répercussions subséquentes qui affecteront tous les pays, et malheureusement, qui toucheront chaque famille et chaque individu.

Il a précisé que le système d’approvisionnement en particulier celui des produits pétroliers liquides dans le pays est basé sur un plan conçu depuis 2002 reposant sur des appels d’offre internationaux avant de choisir un seul fournisseur qui est responsable de l’approvisionnement du marché en produits pétroliers et dérivés et de la distribution au détail aux fournisseurs locaux de ces produits tout comme il est responsable de la dotation régulière de la réserve stratégique.

M. Abdessalam Ould Mohamed Saleh a également indiqué que ce système existe dans quelques États, dont la Mauritanie, notant que la plupart des pays s’appuient sur un autre système basé sur le renouvellement de l’appel d’offres à chaque période pour s’assurer de la maîtrise de la réserve périodique, soulignant que les demandes des acheteurs locaux sont toujours différentes d’autant qu’ils achètent une certaine quantité au cours du mois et demandent une quantité supérieure ou inférieure le mois suivant.

Il a souligné que le département a annulé la première offre avec la société Addax en raison du prix élevé, et de la marge allouée à chaque entreprise, qui a cette fois été multipliée par trois, notant que lors du renouvellement de l’appel d’offres, trois entreprises ont concouru à plusieurs reprises au cours des dernières années, y compris Addax.

Il a ajouté que dans un souci de transparence absolue, le ministère s’est efforcé d’attirer les compagnies pétrolières et de l’hydrogène vert afin de sortir du plan passé et d’assurer la constitution d’une réserve périodique permanente et pérenne.

Après la résiliation du contrat avec le fournisseur qui était responsable de l’approvisionnement du marché en produits pétroliers, la guerre russo-ukrainienne a éclaté, modifiant les équilibres du marché et augmentant les prix de toutes les offres et les marges bénéficiaires. Le secteur avait alors ouvert un nouvel appel d’offres après avoir annulé le premier, et l’avait été envoyé à dix fournisseurs afin d’assurer le plus grand nombre de participants possible.

Il a discuté avec certains via technologie de communication vidéo afin d’expliquer les améliorations qui ont été apportées au cahier des charges. Il a expliqué que la plupart des entreprises se sont excusées en raison des circonstances actuelles.

Le ministre a indiqué que le département a lancé des appels d’offres à travers la filiale de la Société Nationale Industrielle et Minière « SNIM » à Nouadhibou auprès des quatre plus gros fournisseurs au monde, notant que les prix proposés dans les offres par ces sociétés étaient proches de l’offre de la société « Addax ».

Il a expliqué que toutes les décisions prises par le ministère sont consignées notant qu’un plan d’approvisionnement du marché national en produits pétroliers a été discuté entre le Comité ministériel et la société Addax.

Celle-ci a augmenté le prix de 30 $, en raison des conditions qu’elle a imposées aux fournisseurs locaux qui se sont dit incapables de supporter les termes du cahier des charges sur une période de deux mois, ajoutant qu’une concertation et un accord ont eu lieu entre eux sur quatre mois, en plus de l’option de retenir un seul fournisseur au cours de cette période pour assurer l’approvisionnement du marché national en produits pétroliers. ami