logo-tahalil

Le potentiel énergétique mixte de la Mauritanie mis en évidence au salon MSGBC Oil, Gas & Power 2022

Le coup de projecteur sur la Mauritanie, qui a eu lieu le deuxième jour de la conférence et exposition MSGBC sur le pétrole, le gaz et l’électricité 2022 , était dirigé par Chemsdine Sow Deina et El Hanefy Eybih, respectivement directeur de l’exploration et directeur des opérations en amont pour la compagnie pétrolière nationale Société mauritanienne des Hydrocarbures (SMH).

Détenant la moitié des 15 billions de pieds cubes de gaz du projet transnational Greater Tortue Ahmeyim de 4,6 milliards de dollars, 13 tcf à Bir Allah et 1 tcf supplémentaires à Banda, la Mauritanie est un pionnier régional.

Il détient le record de la plus grande production d’énergie renouvelable par habitant de tous les pays MSGBC avec un potentiel estimé de 457,9 GW d’énergie solaire et 47 GW d’énergie éolienne.

La présentation phare comprenait quatre parties : un aperçu de la nation mauritanienne, un résumé des opportunités E&P, un partage de la vision nationale de la transition énergétique et une description des ouvertures dans les énergies renouvelables.

Commençant ainsi par les remarques de Sow Deina : « La Mauritanie a l’un des climats d’investissement les plus attrayants d’Afrique : plus d’un million de kilomètres carrés de terres, des exploitations minières et pétrolières existantes constituant 27 % de l’économie, une variété d’universités pour la formation au contenu local, trois aéroports internationaux, et la stratégie ASCAP 2016-2030 favorisant une prospérité partagée et une croissance accélérée par le développement du capital humain, la sécurisation de l’accès aux services sociaux de base et l’intégration des bonnes pratiques gouvernementales dans les opérations en cours.

Comme souligné, le pays bénéficie d’un emplacement stratégique non loin des services énergétiques mondiaux, mais possède également des marchés intérieurs considérables car il vise à fournir de l’électricité aux 2 millions d’habitants d’ici 2030. « Le bassin de 105 000 kilomètres carrés est inexploité avec d’importants analogues au Sénégal. démontrant son potentiel gazier et pétrolier. Et c’est la Mauritanie elle-même qui a ouvert le bassin au secteur des hydrocarbures avec le champ de Chinguetti découvert en 2001 et en production jusqu’à fin 2017. »

Dans le plan directeur de développement du pays, 20 options d’investissement sont décrites, ciblant un investissement de 20 milliards de dollars, et les options sont nombreuses. Comme le note Eybih : « Nous avons plus de 38 % d’énergies renouvelables dans notre mix énergétique, mais nous espérons atteindre 50 % d’ici 2030. Les objectifs du ministère sont d’apporter un accès propre, sûr et universel à l’énergie. Nous commençons donc par le gaz, en nous établissant comme un GNL. hub, développant notre secteur gas-to-power puis passant à l’hydrogène bleu et vert pour une énergie zéro carbone. Plus précisément, dans une paire de protocoles d’accord signés l’année dernière, la Mauritanie a donné son feu vert à une paire de projets d’hydrogène vert : Aman, le plus grand au monde avec 30 GW (solaire 18 GW, éolien 12 GW) produira 1,7 mégatonnes par an d’hydrogène vert, Nour avec 10 GW contribuant à 0,6 mégatonnes annuellement qui lui est propre.

Avec 28 nouveaux blocs offshore mis aux enchères, il est clair que la Mauritanie ne ferme aucune porte dans ses options énergétiques. Energy Capital Power