Agression israélienne sur le Liban : Le Hezbollah remporte une victoire stratégique   
15/08/2006

Le Cheikh Hassan Nasrallah leader du Hezbollah a déclaré lundi première journée de la trêve avec Israél que la résistance islamique a remporté une victoire stratégique et historique contre Israél. "Nous sommes devant une victoire stratégique et historique, sans aucune exagération", a dit le Cheikh Hassan Nasrallah lors d’une intervention télévisée douze heures après l’entrée en vigueur d’une trêve sous l’égide de l’ONU entre Israël et le Hezbollah."Nous sommes sortis de la bataille la tête haute, c’est notre ennemi qui est le vaincu."
Le Cheikh Hassan Nasrallah, a reproché à des dirigeants politiques libanais (inféodés au projet américain d’un pseudo nouveau Moyen orient dont l’Irak ensanglanté en constitue l’illustration) d’avoir commencé à discuter du désarmement du Hezbollah avant un retrait israélien complet du Sud-Liban."C’est inopportun, sur un plan psychologique autant que moral", a-t-il dit.



A noter que les équipes du Hezbollah vont commencer mardi à remettre en état des habitations endommagées par les raids israéliens aveugles et que le Hezbollah versera un an de loyer ainsi que la valeur des meubles perdus à chaque propriétaire de 15.000 foyers détruits par l’armée israélienne au sud Liban.
Après 34 jours de combats et raids aériens de la plus puissante armée du monde contre les populations civiles libanaises et l’échec de toutes les tentatives d’incursions terrestres de l’armée d’Israël, que ce soit à Bint Jbeyel, Maroun Rass, Ait Chaath, Haitharoun ,Al Ghandouriyé, incursions durant lesquelles les unités d’élites  «Golani Brigade» de l’armée israélienne ont été taillées en pièces par les moudjahiddines, une trêve a été instaurée au Sud-Liban lundi à 05h00 GMT. Cette trêve a permis à l’aide humanitaire de se débloquer et à des dizaines de milliers de réfugiés d’entreprendre de regagner leurs habitations. Mais elles a permis également aux populations civiles israéliennes de sortir des abris sans risquer d’être atteintes par les missiles que la résistance islamique oppose aux bombes (peu) intelligentes de Tsahal
Signe du côté précaire de ce cessez-le-feu, l’armée israélienne a confirmé lundi que ses hommes, se sentant menacés par des miliciens du Hezbollah, avaient ouvert le feu et atteint cinq d’entre eux, en tuant au moins un. Mais le secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, a estimé que la trêve "tenait bon dans l’ensemble".
S’exprimant dans l’après-midi du lundi devant la Knesset, le Premier ministre israélien Ehud Olmert, qui a fort à faire désormais en raison de l’échec de son opération militaire au sud Liban qui a essentiellement permis de tuer des enfants, des femmes et des vieillards pour assurer sa survie politique, a assuré qu’Israël continuerait de pourchasser les dirigeants du Hezbollah "partout et en tous lieux" et se réservait le droit de riposter à toute violation de la trêve.
Son ministre de la Défense, Amir Peretz, a estimé que la trêve semblait tenir, hormis quelques incidents isolés, et il a promis de charger une commission de mener une "enquête vaste et approfondie" sur la guerre. Les sondages montrent qu’une grande majorité des Israéliens ont soutenu l’offensive militaire mais que beaucoup étaient critiques envers la façon dont elle a été menée. Olmert a reconnu des "manquements" dans la conduite de la guerre et déclaré aux députés qu’il en assumait l’entière responsabilité. La résolution 1701 prévoit le déploiement de 15.000 soldats libanais au Sud-Liban aux côtés d’une Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) consolidée, et Israël a fait savoir qu’il ne retirerait pas la totalité de ses forces tant que ces déploiements n’auraient pas eu lieu.
Pour l’heure, Israël entend maintenir le blocus maritime et aérien du Liban jusqu’à ce qu’un mécanisme soit en place pour empêcher les livraisons d’armes au Hezbollah, mais le
gouvernement libanais a réclamé la levée de ce blocus. Car en fait pourquoi imposer un blocus au Hezbollah et ne pas l’imposer à Israël qui continue à recevoir toutes les armes dévastatrices imaginables de la part des Etats Unis d’Amérique, la plus grande démocratie du monde ? Plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ont entrepris de regagner leurs habitations dans le sud du Liban, malgré l’interdiction maintenue par Israël de circuler dans le secteur.
Des milliers de véhicules ont emprunté l’axe côtier menant de Saïda à la frontière. Plusieurs centaines d’habitants se sont dirigés vers une série de villages situés au sud du Litani et à l’est de la ville portuaire de Tyr, malgré l’état dégradé des routes qui ont été bombardées.
Le HCR (Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés) indiquait que les réfugiés quittaient Beyrouth au rythme de 6.000 par heure. "Des milliers et des milliers de
personnes sont sur les routes", a déclaré David Shearer, coordinateur de l’Onu pour les affaires humanitaires au Liban. "Maintenant que le cessez-le-feu est appliqué, il ne peut
plus y avoir de zone interdite"", a-t-il dit.
Aux derniers jours du conflit, Israël avait engagé samedi 30.000 soldats dans une vaste offensive dans le sud du Liban, pour tenter de gagner in extremis du terrain sur les combattants du Hezbollah, cible avec les populations civiles des opérations militaires déclenchées le 12 juillet après une opération militaire du Hezbollah qui s’est traduite la capture de deux soldats israéliens.
Les troupes israéliennes se sont heurtées à la résistance du Hezbollah, maîtres de ce terrain montagneux depuis six ans, dans leurs efforts pour progresser jusqu’au fleuve Litani, dont le cours longe le frontière à une distance variant entre 5 à 30 kilomètres et qui traçait l’objectif de l’offensive.
La guerre a fait environ 1.200 morts et 3.700 blessés au Liban, déplacé plus de 900.000 personnes, le quart de sa population, et infligé d’énormes destructions, évaluées à 6 milliards de dollars.
En Israël, entre 300.000 et 500.000 personnes ont été déplacées depuis le nord du pays, une quarantaine de civils ont été tués, et une centaine de soldats ont été tués par le Hezbollah.
Synthèse TOB


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rdaction de Tahalil vous demande d'viter tout abus de langage en vue de maintenir le srieux et de garantir la crdibilit de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne refltent pas ncessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurs.

TAHALIL 2006-2022 Tous droits reservs