Présidentielle américaine : Obama et McCain suspendus au verdict des urnes   
04/11/2008

Après une longue campagne très disputée, les électeurs américains votent le mardi 4 novembre pour déterminer qui du démocrate Barack Obama ou du républicain John McCain sera leur nouveau président. Les sondages donnent un net avantage au sénateur Obama. Au moins 130 millions d’Américains devraient s’exprimer dans l’isoloir pour désigner le successeur de l’impopulaire George W. Bush et choisir la direction que prendra le pays au cours des quatre prochaines années.



La succession du 43e président des Etats-Unis s’annonce difficile pour le candidat qui l’emportera, appelé à relancer l’économie du pays, gérer les guerres d’Irak et d’Afghanistan, composer avec un déficit public proche de 500 milliards de dollars et restaurer l’image du pays à l’étranger. A 14h00 GMT, les bureaux de vote étaient ouverts dans toute la moitié orientale du pays. Ils fermeront dans l’Indiana et le Kentucky à 18h00 (23h00 GMT) et le vote prendra fin au cours des six heures suivantes dans les 48 autres Etats. Selon les sondages, Barack Obama, qui pourrait à 47 ans devenir le premier président noir américain, est en tête sur son rival dans un nombre d’Etats suffisant pour espérer dépasser les 270 voix de grands électeurs requises pour être élu. John McCain, sénateur de l’Arizona, qui en cas de victoire serait à 72 ans le président le plus âgé à entrer à la Maison blanche, refuse de s’avouer vaincu. Il a bouclé aux premières heures de mardi dans l’Arizona un sprint final qui l’a mené dans sept Etats. "C’est merveilleux d’être à la maison", a-t-il déclaré à Prescott, rappelant que les candidats à la Maison blanche originaires de l’Arizona étaient généralement malheureux lors des élections. Mais, a-t-il dit, "demain, nous allons mettre fin à cette malheureuse tradition et je vais être président des Etats-Unis"
. Lundi 3 novembre , les deux candidats avaient écumé une dernière fois les Etats clés où se jouera l’élection et martelé leurs arguments de campagne. Obama a une nouvelle fois présenté McCain comme une copie de Bush et critiqué ses insuffisances en matière économique. Le sénateur républicain a, lui, présenté son rival démocrate comme un libéral qui allait augmenter les impôts. Le sénateur de l’Illinois est donné en tête dans les sondages dans au moins huit Etats remportés par Bush en 2004, dont la Floride (27 grands électeurs) et l’Ohio (20 grands électeurs). Il dispose d’une avance confortable dans tous les Etats gagnés par le candidat de son parti en 2004, John Kerry. Des victoires dans des Etats traditionnellement républicains comme la Virginie, le Colorado, l’Indiana ou la Caroline du Nord lui donneraient de fortes chances d’entrer à la Maison blanche. Le sénateur de l’Illinois a pris un avantage décisif sur son adversaire républicain à la faveur de la crise financière, les électeurs lui faisant apparemment davantage confiance sur les dossiers économiques. Il est en outre apparu solide lors des trois débats qui l’ont opposé à John McCain, ce qui a pu dissiper les doutes de certains électeurs. Son adversaire républicain était lui confronté à la tâche herculéenne de conserver la Maison blanche dans le camp républicain malgré l’impopularité historique de l’administration sortante. Rompant avec la tradition, les candidats ont tous les deux continué de faire campagne mardi. Barack Obama s’est rendu dans l’Indiana après avoir voté chez lui, à Chicago, sous l’objectif des caméras de télévision. John McCain devait se rendre pour sa part dans le Colorado et le Nouveau-Mexique, deux Etats qui ont voté Bush il y a quatre ans mais dont les 14 grands électeurs pourraient tomber cette année dans l’escarcelle d’Obama. "Nous allons travailler d’arrache-pied jusqu’à la fermeture des bureaux de vote", a promis le républicain. La participation est la grande inconnue du scrutin et les équipes de campagne des deux candidats ont dépensé des millions de dollars pour mobiliser les électeurs et les convaincre d’aller voter. Près de 31 millions d’électeurs se sont déjà prononcés dans la trentaine d’Etats où le vote anticipé était autorisé, ce qui pourrait jouer en faveur de Barack Obama, la mobilisation des démocrates ayant été plus forte que celle des républicains. Mais en Pennsylvanie, dans l’Ohio, en Virginie, qui sont autant d’Etats clefs, de longues files d’attente se sont formées dès les premières heures de la matinée. Dans le camp républicain, on veut croire que la participation supérieure de leurs électeurs en ce jour de scrutin rééquilibrera la donne.
L’issue de l’élection présidentielle américaine dépend d’une dizaine d’Etats le plus souvent indécis, les "swing States", où les derniers sondages sont plutôt favorables au démocrate Barack Obama face au républicain John McCain. Le sénateur de l’Illinois est en tête des intentions de vote mesurées au niveau national ainsi que dans plusieurs Etats remportés en 2004 par le président sortant, George W. Bush. Pour être élu à la Maison blanche, un candidat doit obtenir 270 voix de grands électeurs sur les 538 - issus d’un des 50 Etats et du district de Columbia - que compte le collège électoral. Ce système donne une grande importance aux Etats indécis disposant d’un nombre élevé de grands électeurs, comme la Floride ou l’Ohio, qui avaient voté républicain en 2000 et 2004 et pourraient faire basculer l’élection. Mardi, d’ultimes sondages Reuters/Zogby donnent Obama vainqueur de très peu en Floride (un point d’avance) et dans l’Ohio (deux points d’avance). Sa marge de manoeuvre est plus confortable en Virginie, au Nevada et en Pennsylvanie. McCain est donné lui en tête dans l’Indiana et en Caroline du Nord. Dans le Missouri, les deux candidats seraient à égalité parfaite.
Quinze voix de grands électeurs au collège électoral. Bush y avait devancé Kerry de 12 points en 2004. Mais la démographie locale (plus de 20% de Noirs) et l’installation récente d’industries de haute technologie dans le "triangle de la recherche" Raleigh-Durham-Chapel Hill semblent favorables à Obama. L’issue s’annonce extrêmement serrée. Les deux derniers sondages divergent dans une fourchette très resserrée: l’un donne McCain avec un point d’avance, l’autre Obama avec un point d’avance également. COLORADO - Neuf grands électeurs. Bush y obtenu 52% des voix contre 47% pour Kerry en 2004, mais depuis quatre ans, les démocrates ont pris le contrôle du Congrès de l’Etat et du poste de gouverneur. Les quatre derniers sondages donnent entre quatre et sept points d’avance à Obama. FLORIDE - Vingt-sept grands électeurs. Bush avait également battu Kerry par 52% contre 47% dans cet Etat qui avait été la vedette du scrutin quatre ans plus tôt en raison des multiples recomptages et avait offert la victoire à Bush. La diversité de la population de la Floride en fait un "swing state" classique. On y trouve beaucoup de retraités, plus enclins à voter McCain, et des électeurs juifs qui d’ordinaire votent démocrate mais hésitent à s’engager pour Obama. Deux sondages publiés mardi donnent à Obama entre un et trois points d’avance. Un troisième sondage donne McCain en tête pour un point. INDIANA - Onze grands électeurs. Cet Etat n’a plus voté démocrate depuis 1964 et, en 2004, Bush y avait devancé Kerry de 20 points. Mais Obama, sénateur de l’Etat voisin de l’Illinois, y mène activement campagne, après y avoir talonné Hillary Clinton lors des primaires en mai. Le vote s’annonce serré. Le sondage Reuters/Zogby diffusé mardi donne un avantage de cinq points à McCain. MISSOURI - Onze grands électeurs. Bush s’était imposé avec 53% des voix contre 46% à Kerry. Le Missouri présente le visage d’un Etat indécis classique, avec ses grands centres urbains - plutôt démocrates - et ses zones rurales habituellement conservatrices. Les deux derniers sondages illustrent à quel point la course y est serrée en donnant les deux candidats à égalité. Quatre grands électeurs. Kerry avait battu Bush de justesse, d’un seul point. McCain y a remporté de belles victoires aux primaires de 2000 tout comme cette année, ce qui lui permet d’espérer un score d’une bonne tenue. Mais les démocrates y ont remporté en 2006 les deux sièges en lice pour le Congrès des Etats-Unis et ont pris le contrôle du congrès de l’Etat, à la faveur d’une vague anti-républicaine dont Obama espère tirer profit. Un sondage publié dimanche crédite le sénateur démocrate d’une avance de 11 points. Cinq grands électeurs. Bush avait battu Kerry de très peu, avec moins de 6.000 voix d’avance, en 2004. Sénateur d’un Etat voisin, l’Arizona, McCain est bien connu au Nouveau-Mexique mais il aura fort à faire pour détourner les électeurs hispaniques du vote Obama. Les hispaniques représentent plus de 40% de la population de l’Etat. Le sondage le plus récent donne à Obama une avance de dix points. Cinq grands électeurs. Bush y avait battu Kerry de seulement 20.000 voix en 2004. Les républicains ont remporté le Nevada lors de huit des dix dernières élections présidentielles. Comme au Nouveau-Mexique, le vote hispanique sera déterminant : cette communauté représente près d’un quart de la population. Le sondage Reuters/Zogby crédite mardi Obama de 11 points de plus que McCain. Vingt grands électeurs. Bush a battu Kerry de 120.000 voix dans cet Etat qui, au bout du compte, a décidé de la course à la Maison blanche en 2004. Aucun candidat républicain n’a jusqu’à présent accédé à la Maison blanche sans remporter l’Ohio et McCain ne sera sans doute pas en mesure de faire mentir cette règle. Le dernier sondage Reuters/Zogby ne donne que deux points d’avance à Obama. Vingt-et-un grands électeurs. Kerry a battu Bush par 51% contre 48% en 2004, mais la Pennsylvanie est l’un des quelques Etats gagnés par Kerry où le camp républicain espérait inverser le résultat cette année. Les deux derniers sondages donnent neuf à dix points d’avance à Obama. Treize grands électeurs. Bush l’avait emporté facilement en 2004, avec neuf points d’avance, dans cet Etat qui n’a plus voté démocrate à une élection présidentielle depuis 1964. Toutefois, la Virginie a eu tendance à voter de plus en plus démocrate aux dernières élections. Le sondage Reuters/Zogby accorde mardi à Obama sept points de plus que McCain. Dix grands électeurs. Kerry l’avait emporté avec une avance de seulement 11.000 voix sur un total de plus de trois millions en 2004, mais Obama est en tête dans les sondages depuis plusieurs mois dans cet Etat où il a largement battu Hillary Clinton lors de la primaire démocrate en février. Les trois derniers sondages lui donnent entre dix et 16 points d’avance.(Reuters)


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rdaction de Tahalil vous demande d'viter tout abus de langage en vue de maintenir le srieux et de garantir la crdibilit de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne refltent pas ncessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurs.

TAHALIL 2006-2022 Tous droits reservs