TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
Décès du président du Sénat: Un homme pieux, mesuré et digne   
11/01/2013

Le président du Sénat mauritanien, Ba Mamadou, qui a assumé pendant quelques mois en 2009 les fonctions de chef d’Etat intérimaire, est décédé vendredi 11 janvier à Paris à l’âge de 67 ans des suites de maladie. Ba Mamadou, dit "Mbaré" qui dirigeait le Sénat depuis 2007..



...s’est éteint vendredi matin 11 janvier à Paris où il était soigné depuis septembre 2011.
A la suite de son décès, un deuil national de trois jours sera observé, à compter de ce jour (vendredi) sur toute l’étendue du territoire, annonce  un communiqué de la présidence mauritanienne.
Originaire de la région de Gorgol (sud de la Mauritanie), Ba Mamadou était membre du l’Union pour la République (UPR), le parti présidentiel. Il a été chef d’Etat par intérim de Mauritanie pendant plus de trois mois en 2009.
Il a dirigé le pays du 15 avril au 5 août 2009, après la démission du général Mohamed Ould Abdel Aziz, pour permettre une transition politique qui avait débouché sur l’organisation de l’élection présidentielle le 18 juillet 2009.
Ba Mamadou avait ensuite été confirmé à son poste de chef d’Etat par intérim en juillet 2009 par l’accord dit de Dakar entre le pouvoir et l’opposition mauritanienne, suivi du scrutin présidentiel de juillet 2009 remporté par M. Aziz.
Selon la Constitution mauritanienne, le président du Sénat remplace le président de la République en cas de vacance du pouvoir.

La Mauritanie a perdu un homme pieux, mesuré, sobre et digne. Toutes nos condoléances à sa famille et aux Mauritaniens.
Qu’ALLAH  l’accueille en  son saint paradis. Inna lillahi  we inna ileyhi rajioune.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2014 Tous droits reservés