TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
Médecine sportive : Les soigneurs à l’école pour une mise à niveau   
02/11/2012

Une session de mise à niveau au profit des soigneurs sportifs a été organisée le 1er novembre à Nouakchott par la fédération de football de Mauritanie. Près d’une trentaine de participants ont pris part à cette session, la première du genre organisée par une fédération sportive.



Des thèmes aussi importants que variés ont été développés au cours de cette session par des experts en la matière qui ont passé au peigne fin tous les aspects liés à la médecine sportive, très utile dans l’exercice du sport.
D’emblée, le président de la Fédération de football, Ahmed Yahya Ould Abderrahmane, a indiqué que «pour avoir un rendement optimisé, tout athlète se doit d’être apte physiquement». Il a à cet effet reconnu que dans la pratique sportive en Mauritanie, «on a tendance à sacrifier cet aspect de la performance au profit d’autres ». C’est pourquoi, il a apprécié à sa juste importance l’organisation de cette session de mise à niveau des soigneurs de 1er et 2ème division. «La session intervient dans un contexte particulièrement important pour notre football qui connaît une dynamique certaine, matérialisée par la relance des équipes nationales, le sponsoring, la communication, la formation et l’amélioration de la qualité des compétitions et des infrastructures » a-t-il souligné soutenant que «la médecine sportive vient compléter cette œuvre que nous voulons toujours plus grande et en perpétuelle amélioration». Le président de la FFRIM s’est donc assuré et persuadé que les soigneurs et autres bénéficiaires de cette session, sortiront avec «de solides notions sur les dernières innovations en matière de prise en charge des blessures et malades liées à la pratique du football, la rééducation, l’utilisation des défibrillateurs, l’examen orthopédique et tant d’autres thèmes ayant trait à votre travail de tous les jours».
Pour sa part, M. Ba Alyoune Ghatta, représentant du Ministère de la Culture, de la jeunesse et des sports, a rappelé tout l’intérêt que revêt la médecine sportive dans la pratique de cette discipline, exhortant les stagiaires à faire preuve d’attention et d’écoute afin de retenir la quintessence de la présente session.
Entrant dans le vif du sujet, le Dr Diagana, cardiologue, a fait un brillant exposé sur l’examen cardio-vasculaire et préventif de la mort subite. Un sujet partagé avec son homologue, le Dr Cheikh Tidiane Thiongane qui est revenu amplement sur l’utilisation des anti-inflammatoires. Il a toutefois indiqué qu’après un bilan catastrophique de la médecine sportive l’année dernière, cette session vient à son heure avant de déplorer l’absence des arbitres et des entraîneurs à cette session. Eux qui devraient prendre conscience des enjeux de cette médecine sportive.
Les participants et leurs instructeurs se sont penchés sur les aspects préventifs qui constituent des substances de base pour préparer la personne à cet exercice sportif sachant que le curatif exige plutôt des moyens pour agir selon les circonstances.
D’autres thèmes ont été abordés notamment l’examen orthopédique, l’utilisation d’un défibrillateur, le CAT devant un blessé (simulation) et comment il faut rééduquer un footballeur après une blessure. D’éminents docteurs ont tous exposé sur ces thèmes d’une grande utilité pour nos soigneurs et partant, nos footballeurs et autres sportifs.
Recommandations
Aux termes de la session, Dr Aly Souleymane, président de la commission médicale a tenu à remercier le président de la FFRIM pour l’initiative avant d’annoncer une batterie de recommandations. Il s’agit entre autre, d’exiger une visite médicale obligatoire aussi bien aux clubs qu’aux équipes nationales, deux soigneurs au minimum pour transporter le malade jusqu’à l’ambulance, élaborer un guide de référence au profit des soigneurs, instituer une relation entre soigneurs et arbitres pour une adéquation des rôles, disponibiliser une ambulance équipée … Enfin, les soigneurs ont revendiqué leur place dans l’organigramme fédéral.
En réponse, le Président a promis de prendre en considération ses recommandations et les traduire en réalité. Il s’est toutefois réjoui du bon déroulement de la session qui, à coup sûr, permettra de renforcer les capacités des soigneurs en la matière au profit des sportifs.
Après cet échange de discours, il a été procédé à la remise de diplômes aux récipiendaires. Trente quatre soigneurs ont reçu ce document certifiant leur participation à cette importante session. Deux femmes Khadijetou M/ Regad et Khadijetou M/ Hamamin, en formation en kinésithérapie à l’école nationale de santé, ont été les seules à prendre part à cette session. Cette dernière (Khadijetou Hamamine), a soutenu que «j’ai constaté que les femmes mauritaniennes en général ne s’intéressent pas aux sports. Vous savez, le monde a changé et dans le sillage et l’utilité de trouver des équipes nationales féminines pour la nation à l’image des autres pays, il va falloir que nous nous préparions à avoir des soigneuses pour les accompagner. Je sais que c’est difficile dans notre société musulmane réfractaire à certaines choses, mais nous allons nous y lancer pour la cause nationale».
Compte rendu Ibou Badiane


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2014 Tous droits reservés