TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ

Incorrect verification code.
Facebook
3,5 millions de dollars en faveur des villes anciennes   
16/02/2011

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a annoncé le 16 février à Chinguitty la création d’un fonds de 3,5 millions de dollars US (2,6 millions d’euros) pour le développement des villes anciennes de son pays, très affectées par la désertification et l’exode. "Le gouvernement a mobilisé un pourcentage du budget de l’Etat venant des recettes douanières pour promouvoir...



...ces villes qui sont "les symboles de l’identité du pays", a affirmé le chef de l’Etat lors du lancement de la première édition du "Festival annuel des villes anciennes". "Les premiers bénéficiaires de ces allocations financières seront les quatre villes anciennes" de Mauritanie que sont Chinguitty, Ouadane, Tichitt et Oualata, classées depuis 1996 patrimoine de l’humanité par l’Unesco. Ces villes du désert ont été entre le 13e et le 18e siècle des villes-relais pour le commerce caravanier transsaharien et sont aujourd’hui en partie ensevelies par les sables. Elles vivent pour l’essentiel du tourisme et ont été lourdement affectées par les activités et les menaces d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) en Mauritanie. Ces quatre villes sont classées en "zone rouge" par la France, dont la Mauritanie est une ancienne colonie, ce qui signifie qu’il est très fortement déconseillé aux étrangers de s’y rendre. Six voyagistes français, dont Point-Afrique, spécialiste de cette région, avaient dans un premier temps décidé de passer outre l’avis du ministère français des Affaires étrangères mais ont finalement interrompu en janvier leurs voyages organisés dans le nord mauritanien. "Nous sommes tous appelés à donner une impulsion et à vulgariser le rayonnement culturel (de ces villes) et à donner une bonne image de notre pays, à travers son rôle au service de l’Islam modéré, loin de toute forme d’extrémisme et de terrorisme", a plaidé M. Ould Abdel Aziz. Le fonds alloué se donne comme objectif de fixer les populations sur leurs territoires désertiques et d’en faire des pôles de développement en restaurant leurs "trésors culturels qui font la fierté des Mauritaniens", soulignent les organisateurs du Festival, qui se tient pendant une semaine.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2014 Tous droits reservés