Facebook
Mauritanie : le FMI craint des vulnérabilités et des risques persistants sur l’économie   
08/12/2018

Le Fonds monétaire international (FMI) a livré son analyse sur la situation économique de la Mauritanie, au terme du deuxième examen de la facilité de crédit élargie. Bien que les perspectives soient positives, l’institution ne cache pas ses inquiétudes.



«La performance de la Mauritanie dans le cadre du programme appuyé par le Fonds a été satisfaisante. L’économie se redresse, la stabilité macroéconomique s’est maintenue, la dette extérieure s’est stabilisée et des réformes ont été lancées pour moderniser les institutions économiques et le cadre politique », relève le FMI. Et d’encenser la banque centrale qui « a introduit de nouveaux instruments de politique monétaire pour améliorer la gestion de la liquidité », et l’approbation d’une nouvelle loi organique sur le budget par le parlement.


Néanmoins, précise l’institution, malgré des perspectives positives, des vulnérabilités et des risques considérables subsistent en particulier du fait de l’environnement international de moins en moins favorable et de la baisse des prix à l’exportation des produits de base, ce qui pèse sur les positions extérieure et budgétaire.

« Il est donc important que les autorités poursuivent des politiques macroéconomiques prudentes tout en poursuivant les réformes structurelles favorables à la croissance inclusive, à la réduction de la pauvreté et à la bonne gouvernance », recommande le FMI.


« Continuer à emprunter prudemment »

« Les autorités se sont engagées à poursuivre l’assainissement budgétaire afin de gérer les chocs exogènes et d’améliorer la viabilité de la dette, tout en créant un espace budgétaire pour l’infrastructure et les dépenses sociales. Ils poursuivent également la mise en œuvre des réformes fiscales prioritaires, notamment le renforcement de la politique fiscale, l’administration des recettes, les processus budgétaires et la gestion de la dette », note le FMI.

Pour assurer la viabilité de la dette, poursuit-il, « il faudra continuer à emprunter prudemment, notamment en recherchant des dons et des prêts concessionnels ».
financialafrik


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés