Facebook
Dette africaine: le continent n'est pas en situation de surendettement (BAD)   
25/05/2018

« L’Afrique n’est pas en situation de surendettement ». C’est ce qu’a affirmé le président du groupe de la Banque africaine de Développement (BAD), Akinwumi Adesina (photo), ce mardi, à l’occasion des assemblées annuelles de la BAD se déroulant à Busan, en Corée du Sud.



Selon les propos du responsable, relayés par le journal ivoirien Fraternité Matin, les pays du continent ne seraient pas surendettés, car aujourd’hui le niveau de la dette de ces pays serait de 35%. Ce chiffre est donc en dessous de la norme de 40%, en vigueur dans le milieu, selon les déclarations de M. Adesina.

Cette déclaration intervient, quelques semaines, après celle du Fonds monétaire international qui alertait sur le surendettement sur le continent. Environ 40% des pays à faibles revenus de l’Afrique subsaharienne seraient en situation de surendettement ou à hauts risques, avait indiqué l’institution.

Contrairement au Fonds qui estime que les Etats africains devraient commencer un programme de sevrage par rapport aux financements obtenus par émissions d’obligations, le responsable affirme que la recherche des financements sur le marché des capitaux est une bonne chose.

Cependant, malgré son optimisme sur l’état de la dette des pays africains, le président Adesina estime néanmoins que le type de dettes contractées par ces pays pourrait causer du tort à leurs économies. Pour cela il préconise des emprunts à des taux d’intérêt moins élevés qu’ils ne le sont actuellement (12% en moyenne en 2017, selon le FMI) ainsi que des termes un peu plus longs pour leur remboursement.


 
(Agence Ecofin)


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés