TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
Un déficit criard d’enseignants en Mauritanie   
12/11/2017

Plus d’un mois après l’ouverture des classes, presque toutes les écoles mauritaniennes souffrent d’un déficit criant d’enseignants. Pour combler ce déficit, le ministère de l’éducation nationale procède depuis quelques années au recrutement de contractuels. Mais ces ...



 ... contractuels ne sont recrutés qu’à la fin du premier trimestre. Trois mois après les ouvertures ! Pour ne leur payer que 6 mois au lieu de 9 ?! Décidément la commercialisation de l’éducation bat son  plein chez nous. Elle ne se limite plus à la prolifération d’écoles boutiques mais s’étend à la vente des écoles publiques, la discrimination à l’inscription aux écoles (les écoles « d’excellence », l’école supérieure polytechnique, le lycée militaire, etc) et la réduction des contrats des enseignants.
Quitte à laisser les enfants sans enseignants  plusieurs mois, au moins!
Aujourd’hui, les contractuels apprennent que seuls leurs collègues de la wilaya du Gorgol sont invités à signer leurs contrats, parce que le président se rendra dans cette région à la fin du mois.
Un autre mal qui gangrène notre éducation : la politisation.
Au syndicat national de l’enseignement secondaire (SNES), nous affirmons ce qui suit :
- notre appel à combler le déficit d’enseignants en toute urgence,
- notre solidarité avec les collègues contractuels et notre appel à régler leur situation sans délai,
- notre condamnation de la commercialisation et de la politisation de l’éducation,
- notre appel aux enseignants et aux parents à resserrer leurs rangs et à se mobiliser pour défendre l’école mauritanienne.
 




Communiqué de presse


Nouakchott, le 12/11/2017
Le Secrétariat général


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2017 Tous droits reservés