TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
Banjul: Le CDH fait une déclaration au nom des Etats à l'occasion de la 61è Session de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples   
02/11/2017

Le Commissaire aux Droits de l’Homme et à l’Action humanitaire, M. Cheikh Tourad Ould Abdelmaleck, a fait aujourd’hui une déclaration au nom des Etats à l’occasion de la 61é Session de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, tenue actuellement à ...



 ... Banjoul, Gambie, dans laquelle il s’est dit très honoré de s’adresser à cette assemblée, au nom des Etats parties , à l’occasion de la tenue des assises de la 61é Session de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples qui coïncide avec la Commémoration du trentième anniversaire de la Création de cet organe en charge de la promotion et de la protection des Droits de l’Homme et des peuples.

 Il a par la suite ajouté que trente années après la création de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples , c’est le lieu , au nom des Etats parties , de rendre un vibrant hommage à Son Excellence, Daouda Kairaba Diawara , ex Président de la République de Gambie pour sa précieuse contribution à la mise en place de la Commission , pour avoir abrité le siège du Secrétariat et engagé la tenue des sessions de la Commission à Banjul.

 Le commissaire a indiqué que les Etats parties félicitent, à cette occasion, la Commission pour la distinction qu’elle a bien voulue décernée à cet homme dont le combat pour les droits de l’homme et des peuples fut sans faille.

 Il a ensuite expliqué que ce partenariat a permis d’enregistrer au sein des Etats membres d’importants progrès dans la promotion et la protection des droits civils et politiques , des droits économiques, sociaux et culturels, à travers la ratification des principaux instruments africains des droits de l’Homme et la mise en œuvre de mesures d’ordre juridique, administratif, judiciaire et autres visant à rendre effectives les dispositions de ces instruments , auxquels les Etats ont pleinement adhérés .

 Le commissaire a précisé qu’en dépit des importants pas franchis, la pleine et entière jouissance des droits humains en Afrique , reste confrontée à de multiples défis, notamment la recrudescence des conflits armés, le terrorisme, la corruption, la criminalité transnationale, la dégradation de l’environnement ,le travail forcé, l’analphabétisme et l’extrême pauvreté et bien d’autres défis, avant d’affirmer que la volonté politique à promouvoir la démocratie, la bonne gouvernance et les droits de l’homme est plus que jamais une réalité en Afrique .

 Il a enfin noté que les perspectives restent prometteuses grâce aux évolutions et mutations profondes que connait, aujourd’hui, le continent africain aux plans politique, économique et social, indiquant que le développement d’un partenariat responsable et constructif entre les Etats , les institutions nationales des droits de l’homme et la société civile sous le parrainage de la commission africaine des droits de l’homme et des peuples demeure la voie la plus appropriée pour que l’Afrique progresse davantage aux plans des libertés, de la démocratie et des droits de l’homme .






AMI


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2017 Tous droits reservés