TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ





Premier << 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 >>Dernier
18/04/2006 La raison du plus faux

A en croire une sagesse populaire, assez subtile dans son expression, "la vérité ne se dit pas tandis que le mensonge est prohibé".
Aux termes d’une aussi sombre prescription, se dessine une morale dans laquelle, la ruse finit, toujours, par l’emporter.
C’est dans le but d’illustrer un tel état d’esprit, jugé conforme à la loi du désert, que Marion Sénones, la fameuse compagne d’Odette du Puigaudeau, avait, lors d’un séjour effectué en 1936, collectionné des fables maures mettant en exergue des personnages animaux, lesquels, à l’instar de Mhamed, le chacal "rusé et beau parleur, sait se tirer à son avantage des pires situations"



10/04/2006 La problématique du quota des femmes en Mauritanie

 

L’égalité virtuelle des genres est prévue en Mauritanie par les lois internes et les traités internationaux dûment ratifiés, mais la réalité met au contraire, en évidence, une marginalisation quasi-totale des femmes en raison de facteurs socio-culturels et économiques insurmontables, à court et moyen terme. Les femmes occupaient ainsi moins de 3% des sièges dans le parlement, le sénat et les conseils municipaux et dans les hautes fonctions de l’Etat. Et il est à craindre, dans des prochaines élections réellement transparentes que leur accès aux fonctions électives soit encore plus faible, voire nul.



03/04/2006 Paysage politique national : Le champ de la confusion

S’il est un thème qui, plus que tout autre, attire , aussi bien par sa brûlante actualité que par son intérêt pour l’avenir du pays, les regards des analystes et autres commentateurs, volontaires ou sollicités, c’est bien celui de la déroutante recomposition du paysage politique mauritanien.
C’est, sans doute, de cet intérêt que découle le constat relatif à la réalité et à "la manière" d’une telle recomposition. De ce constat qui fait l’objet d’une analyse parue dans la troisième édition en date du 23 février 2006 du journal "Tahalil" signée par le directeur de la publication Isselmou Ould Moustapha., se dégage, entre autres, la conclusion tenant à l’inadaptation, dans le contexte mauritanien de la grille de lecture "hexagonale" à laquelle certains chroniqueurs ont tendance à succomber.



13/03/2006 Affaire Zeidane : Un mensonge d’Etat

Ahmed Ould Mohamed Lemine qui s’est présenté comme ingénieur pétrochimiste mais que des observateurs présentent comme étant Yahya Ould Amar Ould Baitatt donne le réplique au communique du ministère du Pétrole

Personne n’a un titre foncier sur la citoyenneté. Nous sommes des mauritaniens et nous devons défendre les intérêts de notre pays en tant qu’Etat responsable et juste.



13/03/2006 Ma lecture des Avenants

De sa cellule à la prison civile de Nouakchott, Zeidane Ould Hmeida s’invite au débat sur les avenants contestés et livre sa propre lecture des avenants.

L’Opinion Nationale et Internationale a entendu que les quatre Avenants, n° 2 de la zone A (A2), n°1 de la zone B (B1), C 1 et C 6 de la zone C qui ont été signés par moi - même, ont sacrifié les impôts, les garanties, les assurances, autant que les questions environnementales et la procédure d’approbation des dits Avenants.
Cependant, il ressort des clauses des Avenants, relatives aux questions sus visées que cette révélation profane ne résiste tout naturellement pas à l’analyse comme cela ressort des explications et commentaires suivants.



06/03/2006 La Mauritanie depuis l’indépendance : Conflit avec le Sénégal

Les autorités mauritaniennes peinent à obtenir du président Abdou Diouf l’extradition, ou à défaut l’expulsion vers un autre pays, des dirigeants des Flam qui ont trouvé refuge à Dakar. En revanche, elles constatent que les " Noirs en Mauritanie " sont devenus pour Abdoulaye Wade, alors candidat de l’opposition à l’élection présidentielle, un élément de propagande contre Abdou Diouf, accusé de mollesse à l’égard de Nouakchott.



23/02/2006 La Mauritanie d’après l’indépendance : Un militaire

Originaire d’Atar, dans l’Adrar, né dans une tribu maraboutique, les Smassides, l’homme avait seulement 45 ans quand ses pairs du comité militaire l’ont installé à la tête de l’État, à l’instigation de la France, le 12 décembre 1984.
Officier réservé et peu disert, il avait surtout la réputation d’être le chef de file des militaires "pro- mauritaniens". C’est-à-dire ceux qui échappent aux sympathies en faveur du Maroc, ou du duo Polisario-Algérie, voire de la Libye, de l’Irak ou encore de l’Arabie Saoudite, qui tous cherchent à tirer vers eux le pouvoir militaire. À la neutralité effective de son pays dans l’affaire saharienne (ses prédécesseurs ont souvent penché en faveur de tel ou tel partie), il va ajouter une nouvelle priorité : des élections générales censées préparer l’avènement d’un régime civil. Comme gage de sincérité, le nouveau maître de Nouakchott décrète une amnistie générale en faveur de tous les prisonniers d’opinion.



09/02/2006 La Mauritanie depuis l’indépendance : Affrontements ethniques

Pendant qu’il conforte l’existence internationale de la Mauritanie, Ould Daddah s’est détourné de la situation intérieure. N’était-ce pas dans le but d’éviter toute rupture des rapports entre Maures et Noirs qu’il s’était, dès la veille de l’indépendance, efforcé de fixer à son pays une vocation de " trait d’union entre l’Afrique noire et le monde arabe " ?

 



09/02/2006 Sos présidentiable en Mauritanie

A l’entame de ces propos, qu’il me soit permis de faire une mise au point qui anticipe les critiques, les interprétations et autres interrogations qui ne manqueront pas d’être formulées à mon endroit. Ces propos sont un engagement uniquement personnel. Mes amis politiques ne sont pas concernés par cette prise de position. Pour les atteindre, il est judicieux de mettre

à leur passif d’autres griefs, s’ils existent. J’assume, devant l’histoire, toute animosité, voire la probable haine que les propos suivants vont susciter. C’est une initiative qui engage ma seule personne, car c’est ma prise de position. Elle ne doit être imputée à aucun parti reconnu ni organisation clandestine.




TAHALIL 2006-2017 Tous droits reservés