TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ
En kiosque
JOURNAL TAHALIL291
Archives kiosque





Premier << 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 >> Dernier
13/10/2008 Science des mots : Le tripode de la stabilité

Le tripode  de la stabilité se maintiendra-t-il après le 6 août 2008 ?
Cet article intitulé « Stabilité de l’Etat : trois socles, six fondements pour assurer un  équilibre pérenne » a été publié dans La lettre FCO, bulletin  N° 2  en date du 18 juin 2003.



10/10/2008 Opinion : Le peuple mauritanien gagnera aux sanctions contre la junte

En désespoir de cause et à court d’arguments pour convaincre la communauté internationale de renoncer à sanctionner les auteurs du coup d’Etat contre la légalité constitutionnelle, les thuriféraires de la junte au pouvoir depuis le 06 août font aujourd’hui un chantage odieux à la souffrance du peuple mauritanien et à l’éclatement du pays !



07/10/2008 Opinion : Les putschistes avaient leur Marie Isler-Béguin, ils ont maintenant leur Tuquoi

Dans leur travail fiévreux de lobbying pour obtenir une reconnaissance internationale notamment en France, les putschistes font le rappel de tous leurs amis et dépensent sans compter pour la moindre sortie favorable à leur forfait.



07/10/2008 Opinion : Lettre à la Nation

Mes chers compatriotes  ce coup d’état n’est pas le bienvenue en Mauritanie au moment où le monde entier prenait la démocratie Mauritanienne comme un exemple dans le continent Africain. Si ce coup d’état  passe, il n’y aura jamais  une démocratie stable dans le continent Africain.



03/10/2008 6 octobre: deadline de tous les risques! Par, Mohamed Saleck Ould Brahim*

A l’approche du fameux deadline du 6 octobre, tous les scénarios funestes se profilent pour la Mauritanie. Ce pauvre pays qui importe plus de 70% de ses denrées alimentaires et où, plus d’un million de personnes souffrent de malnutrition chronique, serait-il la prochaine victime de sanctions économiques internationales?uelles seraient les répercutions d’un éventuel embargo sur l’aide internationale au développement à la Mauritanie?



27/09/2008 Le mirage démocratique mauritanien, chronique d’une illusion collective, par Sidi-Mohamed Ould Abdelwahab

Au lendemain du 3 août 2005 et du 19 avril 2007 nous avons cru, naïvement semble-t-il, au sentier promoteur de la vox-pupulis (la voix du peuple) et son corollaire de consolations: stabilité politique, fin des coups d’Etats, séparation effective des pouvoirs et succession au Palais suivant les règles de l’art démocratique.Les autres accompagnateurs (OUA, CEE, USA) ont eux aussi jubilé face à un exploit militaro-civil à valeur d’exemple.



27/09/2008 OMD: Le rendez-vous manqué! par: Mohamed Saleck Ould Brahim*

Selon le "rapport de suivi mondial 2008", qui a été présenté le 8 avril dernier par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM), les prévisions de croissance mondiale montrent un fort ralentissement, notamment pour les États-Unis, la Grande-Bretagne et la zone euro. Le rapport indique que pour l’Afrique, la croissance va se stabiliser autour de 6,3% cette année et 6,4% en 2009 après 6,3% en 2007.



24/09/2008 Opinion Libre: La pire des propagandes est celle qui trompe ses commanditaires

On raconte que l’hyène, un jour qu’elle tentait de tirer quelques miettes d’un reste de carcasse se trouva soudain assaillie par une meute de petites hyènes affamées comme elle. Pour s’en débarrasser, elle leur dit : «Vous voyez la grande dune, là-bas? Il y a un gros bœuf mort. Courez-y !». Ce que les petits animaux firent en piaillant.



13/09/2008 Après le 6 Août, que reste-t-il de la démocratie? par, Mohamed Saleck Ould Brahim*

"Nul ne peut résister à la force de la vérité. Il faut combattre le démon du mensonge avec la lumière de la raison".  Ibn Khaldoun, philosophe arabe (1332-1406).  "Le soutien est le fondement de toute tyrannie. Il est impossible de se lier d’amitié avec un tyran, parce qu’il est et sera toujours au-dessus". Etienne La Boétie, philosophe français (1530-1563).



12/09/2008 Opinion libre : Ahmed Ould Daddah, l’homme des rendez-vous manqués avec l’histoire

Ahmed Ould Daddah manque toujours ses rendez-vous avec l’histoire. C’est comme s’il en a fait serment devant l’éternel. Jugez-en vous-mêmes : En 1992, il s’est présenté aux élections présidentielles contre Ould Taya et a obtenu que l’opposition, toute l’opposition, se rassemble derrière sa candidature.Il obtient alors près de 35% des voix, score inattendu dans le contexte qui prévalait.




TAHALIL 2006-2014 Tous droits reservés